Noel Guillard
Noel Guillard © Radio France
Bonjour l'équipe, bonjour à tout France Inter. Car France Inter est dans mon imaginaire un lien, un lieu de famille, depuis tellement longtemps. Depuis cinquante ans (j'en ai 61), j'écoute FI ; ça a commencé avec le jeu des mille francs (l'érudition des candidats m'en jetait plein les oreilles)... Puis ma compétence s'est étendue, diversifiée, déployée dans une indéfectible fidélité. Aujourd'hui, parfois je triche avec mes horaires de travail, pour ne rien rater du 7-9 ( WE compris), plus toute la grille... Alors depuis quelques semaines, je me dis que depuis si longtemps que j'écoute FI, on pourrait inverser les places... Non que j'aie des choses profondes à dire, des vérités essentielles à, révéler, supposées méconnues de la plupart... Juste le témoignage d'un auditeur parmi d'autres. De mon père boulanger, j'ai gardé le goût du travail discret au service modeste de quelques uns : travailleur de l'ombre, ("à l'ombre" même, si j'ose dire), j'exerce l'art difficile de la psychiatrie dans deux lieux plus plongés dans l'obscurité de la tragédie humaine qu'exposés aux lumières de la connaissance ordinaire : une prison, la Maison d'arrêt de Villefranche sur Saône et dans un Centre de soins aux toxicomanes, dans la même ville. J'aurais pu rester calé dans mon fauteuil de cuir dans un cabinet de psychothérapie "traditionnelle", à faire ce que j'avais appris à faire... j'ai préféré un mode d'exercice moins standardisé, où j'apprends tous les jours encore comment mieux aider des êtres ( là, je parle de la prison) qui, pour être parfois d'odieux criminels, auteurs d'actes de barbarie qui font froid dans le dos, nous surprennent par l'attachement qu'ils suscitent en nous et par la bienveillance qu'il réussissent à éveiller en nous... (soignants comme surveillants). La psychiatrie est la Médecine des libertés, disait Henri EY... assurément oui ; un exercice, un art, murmureront d'autres, extraordinairement épuisant par ses exigences, mais extraordinairement passionnant et gratifiant. Et tout çà, dans l'ombre, essentiellement. Pour mon bonheur, (voire mon équilibre) je n'ai jamais pu vivre sans créer, sans pétrir d'autres réalités : tour à tour cinéaste (non professionnel) sculpteur (terre, bronze, pierre...) et maintenant le texte.
Cronos
Cronos © Radio France
Premier roman, "Sur la route de Kiev" autour d'une affection très invalidante et peu connue, y compris des médecins, la narcolepsie, publié en 2009 chez l'Harmattan.. second roman en recherche d'éditeur... Et bien sûr les enfants : deux grands garçons mariés, un petit fils et une petite dernière fille, qui a dix ans aujourd'hui... une maison dans le Beaujolais, à Vaux en Beaujolais, "Clochemerle", si bien typée par Gabriel Chevalier, un jardin.... la vie ordinaire, peut-être pas tous les jours si banale, mais chaque jour n'est-il pas un jour tout neuf.... Chère Brigitte Patient, si vous me permettez cette familiarité à sens unique... je m'y prends peut -être un peu tard...Que je sois votre invité ou non, je le regretterai... Bien cordialement. Un auditeur parmi d'autres... Tous les chemins sont ouverts dans la lettre de Noël Guillard, il vous reste à écouter ce jour tout neuf pour marcher dans les pas de cet auditeur passionné et passionnant ! [**Ma souris m'a dit** de Hortense Volle](http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/ma-souris-m-a-dit/) ## Les liens [Sur la route de Kiev. Noël Guillard](http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=26579)
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.