Christophe  Poret
Christophe Poret © Radio France /

Christophe Poret est informaticien. Il a d'abord étudié l'électronique, puis fait un BTS informatique industrielle et une Licence système informatique. Il a commencé comme programmeur il y a 25 ans, puis chef de projets et aujourd'hui, Christophe est responsable d'une équipe de développement en EDI (échanges de données informatisées)."L'informatique est encore une jeune technologie par rapport à l'histoire des techniques et de l'humanité, elle est encore en pleine croissance et elle sera dans peu de temps encore plus nomade, plus présente, plus accessible et plus intuitive aussi". Il a découvert le théâtre à l'école mais il a attendu d'avoir 40 ans pour se lancer dans l'apprentissage du métier d'acteur. Il suit des cours depuis 6 ans. Il aime bien sûr le spectacle vivant, lit des pièces, va au théâtre... S'il joue, c'est en fin d'année le 4 juin, lors d'une audition à la Salle Raspail à Paris, dans une scène de "Célimène et le Cardinal" de Jacques Rampal. C'est tellement riche le théâtre, qu'il est presque injuste, voir indécent, que de choisir...une pièce, un auteur ! Et pourtant il nous conseille d'aller voir à la Maison de la Poésie à Paris : "La chute de la maison Uscher" d'Edgar Allan Poe, traduction Charles Baudelaire - Mise en scène Sylvain Maurice, jusqu'au 22 mai. Avec un extrait de son portrait chinois, vous pouvez écoutez cette émission : Si vous étiez un livre : Le Nécronomicon Une devise : Ne montons pas haut mais grandement. Un peintre : Kandinsky Un plat d’enfance : Des pâtes au jambon Une autre nationalité : Sélénite Un personnage du sexe opposé : Andy Mc Dowell Un animal : L’ornithorynque Un autre métier : Astrophysicien En ce moment : le FESTIVAL OUTRE-MER VEILLE, au TARMAC de la VILLETTE jusqu'au 11 juin 2011 (en lien) Et La chasse aux Idées reçues de Daniel Fievet

Les références

L'équipe

(ré)écouter Un jour tout neuf Voir les autres diffusions de l'émission

Mystère et boule de gomme

Se porter comme un charme

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.