dominique Bourzeix
dominique Bourzeix © Radio France

"De vous écrire pour vous proposer ma participation a éveillé un souvenir lointain : il y a de cela une quarantaine d’années, mon père avait été invité à une émission très matinale de France Culture, pour parler de son métier de chef de chantier dans le bâtiment. La seule chose dont je me rappelle, c’est que nous avions été fiers de lui. Si vous m’invitiez, je vous parlerais moi aussi de mon métier, qui consiste à faire se rencontrer l’art et l’école, en l’occurrence les collèges de Seine Saint Denis. Ce qui signifie approcher des artistes, les amener à accepter de mettre en partage leurs œuvres bien sûr mais aussi leurs processus de création. De la même manière, il s’agit de convaincre les principaux et les professeurs de la pertinence à mener des actions artisitiques durant le temps scolaire, de tous les bienfaits que cela apportera à leurs élèves pour autant que chacun joue le jeu. Je vous dirais combien je suis comblé de l’accueil fait au dispositif que j’ai crée en 2007, qui s’appelle In Situ (en lien). Il s'agit d'inviter en résidence de création 10 artistes dans 10 collèges différents, chaque année". Dominique Bourzeix est en accord avec lui-même, en ayant une activité professionnelle qui lui permet d'oeuvrer modestement à l'intérêt commun, sur un territoire où il y a toujours beaucoup à faire mais aussi d'énormes potentiels. C'est sa manière de militer pour une société meilleure, un engagement. Etre un fonctionnaire territorial en 2010, trente ans après les débuts de la décentralisation, c'est avant tout le choix du service public (comme de travailler à France-Inter pour d'autres!), dans un niveau de proximité intéressant, ni trop près comme en commune, ni trop loin comme en région ou dans les services de l'Etat. C'est évoluer au sein de collectivités ayant des champs de compétences très variés et souvent très loin de l'image poussièreus de la bureaucratie. Dominique a 48 ans, il habite dans le Val de Marne et vit dans la passion des livres mais aussi des films et des spectacles vivants. Il nous parle des traces de l'enfance avec un clown fabriqué de ses propres mains. Il est encore épaté par ses jolies couleurs et proportions, est-ce vraiment lui qui l'a fait ? Il nous donne quelques références, à voir, à lire pendant vos soirées entre les deux fêtes ! FILMS : "Maniquerville" de Pierre CRETON, cineaste et ouvrier agricole. "Memory Lane"de Mickael HERS LIVRES "Deadwood" de Pete DEXTER aux éditions Gallimard. "Naissance d'un pont" de Maylis de KERANGAL, Prix Médicis 2010, éditions Verticales. Et toute l'oeuvre de Natalie KUPERMAN dont son dernier livre : "Nous étions des êtres vivants" aux éditions Gallimard. et la Chronique de Jack Souvant

photo4
photo4 © l'ile d'Houat

Les liens

In Situ

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.