Dominique Moinard
Dominique Moinard © Radio France
_Chère Brigitte, Comment est-ce possible : j’ignorai tout de votre émission jusqu’au mardi 20 décembre ? Forcément, vous officiez dans une tranche horaire qui ne m’est pas familière. Et pourtant je suis un lève-tôt, mais je n’allume jamais la radio avant 7 heures. Du moins je ne l’allumais pas avant le 20 décembre. La révélation aura été ce jeu des 1000 euros ce jour là qui m’a fait vous connaître. Je réponds très volontiers à l’appel que vous avez lancé sur les ondes à 12 H 45. Voilà exactement le concept que je recherche. Des gens « ordinaires », comme dirait le philosophe Georges Aldas, qui nous entourent, que nous ignorons trop souvent et pourtant qui ont tant à nous apprendre et à nous faire partager. Bien plus que tant de personnalités (surtout politiques) dont le message est creux. C’est une très bonne idée que le les faire connaître. J’exerce actuellement dans une petite école maternelle de 4 classes en milieu rural dont je suis le directeur. Je milite pour une « pédagogie active » à ce titre je suis membre du conseil d’administration d’une association qui édite les fameux « Cahiers Pédagogiques » mensuels, j’y écris assez souvent des articles. A la demande je peux développer cet aspect…. ou pas. J’ai également une passion sportive qui est la course à pied que je pratique depuis 12 ans dont je m’inspire chaque jour dans ma conduite de classe mais qui constitue aussi mon activité de dérivation. Une journée bien remplie à enseigner 30 élèves en veillant qu’ils soient tous actifs est, certes, passionnante mais elle met les nerfs à rude épreuve. Une demi-heure ou une heure de course nous remet bien d’aplomb. A ce titre et bien qu’habitant à la campagne j’ai renoncé depuis trois ans à la voiture. La satisfaction que je gagne à m’en passer est supérieure à celle d’en posséder une. Je prends le chemin des écoliers, à pied d’égalité avec les élèves, par tous les temps, c’est plein de vertus. J’ai aussi la passion de la lecture. A ce titre j’étais membre du dernier jury du livre inter, en juin 2010, des moments inoubliables. Courir et lire sont deux activités qui se nourrissent des mêmes contradictions. A priori ce sont des activités individuelles alors qu’en réalité pas du tout. Dans une course « je me bats contre le seul adversaire digne de moi : moi », comme le dit beaucoup mieux que moi Albert Jacquard. Car tous les autres m’aident à me surpasser. C’est la même chose pour la lecture, elle n’a pas d’intérêt si elle n’est pas partagée. De la même façon on n’apprend pas tout seul non plus. Pour mémoriser une liste ou des dates peut-être, mais pour relever le défi des compétences on a besoin de ses pairs. De même la frontière est très poreuse entre le travail et les loisirs. Il n’est pas de sorties familiales durant laquelle je ne puisse être soupçonné d’avoir des arrière-pensées pédagogiques car tout ce que je découvre j’ai l’intention, d’une façon ou d’une autre de le faire partager. Mais je l’assume car j’ai toujours en mémoire ces lignes de Saint-Exupéry (mon auteur fétiche) : « Et tu fais de la vie deux parts inacceptables : un travail qui n’est qu’une corvée à quoi on refuse le don de soi-même, un loisir qui n’est qu’une absence. » Au moins pour moi ce n’est pas le cas. Voilà en gros les thèmes que je peux développer avec vous, et en nous mettant d’accord ensemble, on ne pourra pas tout aborder. Si vous êtes intéressée. Bien à vous. Dominique Moinard et **La Chasse aux idées reçues** de [Daniel Fievet](http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/la-chasse-aux-idees-recues/)_
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.