Emeline Calvez
Emeline Calvez © Radio France

Emeline a fait 4 ans de Lettres Modernes à Lyon et beaucoup de danse: classique, modern-jazz, claquettes et contemporain. Elle a été sélectionnée lors d'une audition pour danser Mc Beth à l'Opéra Bastille, c'était en décembre 1998...Paris, le centre chorégraphique national au Havre, Caen...et une blessure à l'épaule en 2005. Il a fallu préparé une reconversion et faire un bilan de compétence. Le vin s'est imposé naturellement : J’aimais le vin depuis longtemps, j’ai de la famille bourguignonne. Ma première émotion c’était un Saint-amour. J’avais entre 16 et 20 ans, lors d’une fête de famille. C’était la première fois qu’un vin me procurait une émotion. Un réel plaisir. Quand on est jeune, on a le palais vierge de texture, de l’acidité… On vient souvent au vin passé la vingtaine. Mon frère aîné faisait des séjours de dégustation de Bourgogne. Et on en parlait, il rapportait chaque fois une bouteille. J’ai fait des vendanges à partir de 18 ans dans le Mâconnais, pendant 3 ans. C’était dur mais je me souviens surtout de moments très festifs. J’allais souvent à Barcelone voir une amie. On faisait la fête mais on ne trouvait jamais de vin là-bas. Et puis à 26 ans je me suis dit : « quand j’arrêterai de danser je serai caviste à Barcelone » J’ai cherché une formation, je suis allée voir des cavistes, des restaurateurs… des gens qui sont devenus des copains. Ils m’ont conseillé une formation à l’université du vin, à Suze La Rousse. En 4 mois, parfaitement adaptée aux gens en reconversion. Aujourd'hui Emeline projette de créer sa propre cave en sa qualité de sommelière. et Vu sur Scène de Jean-Jaques Vanier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.