L'ancien Premier ministre mène une campagne très locale à Evry, en vue des législatives, face à des candidats dont l'objectif commun est de faire tomber le député sortant.

Manuel Valls se fait discret pendant la campagne législative à Evry, privilégiant les réunions en petit comité aux marchés et aux rencontres médiatisées
Manuel Valls se fait discret pendant la campagne législative à Evry, privilégiant les réunions en petit comité aux marchés et aux rencontres médiatisées © Maxppp / Arnaud Journois/PHOTOPQR/LE PARISIEN

Dans la première circonscription de l'Essonne, le député sortant est un fantôme. Manuel Valls, l'ancien Premier ministre de François Hollande, exclu du Parti socialiste (PS), non investi par la République en marche (REM), est candidat à sa succession. "Mais pour qui ?" se demandent les électeurs d'Evry.

Surnommé "le fantôme", Manuel Valls mène campagne loin des médias

Ici, Manuel Valls a été rebaptisé le fantôme. Le candidat à sa quatrième élection est invisible. Loin des opérations de tractage médiatisées, le candidat effectue essentiellement des réunions d'appartement. Au prétexte d'une campagne locale, il ne parle pas aux médias nationaux. Son équipe le préserve, on sait qu'il a été chahuté un soir de rupture du jeûne.

Gare cependant à ne pas l'enterrer précipitamment, tempère son opposante Caroline Varin, candidate investie pour Les Républicains. En 2012, Manuel Valls avait été élu avec 66%. Mais les 34% de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle à Evry dopent le moral des candidats de la France insoumise. Farida Amrani et Ulysse Rabate, sur le marché des Tarterêts, le premier jour du ramadan, assurent qu'ils ont "l'opportunité de gagner".

Surtout qu'à gauche, l'heure est à la division, comme partout en France. Face à la France insoumise et à Manuel Valls, il y a le candidat communiste, Michel Nouailles, qui a reçu le soutien de Benoît Hamon.

De l'autre côté de l'échiquier politique, la candidate FN Danielle Oger profite du rejet de Manuel Valls. "Les gens se sentent trahis" mesure-t-elle en battant la campagne à Bondoufle.

Dans la première circonscription de l'Essonne, 22 candidats sont en lice. En plus des candidats cités dans cet article, de l'humoriste polémique Dieudonné et du chanteur Francis Lalanne, suppléant de Jacques Bories, sont également investis : Sylvain LACASSAGNE (DIV), Gautier ALBIGNAC (DIV), Alban BAKARY (DVD), Jean-Luc RAYMOND (DVD), François RISACHER (Extrême gauche), Stéphane LEGRUEL (Extrême gauche), Jacqueline SABATTIER (DVD), François BOUVARD (DIV), Mohamed LEMGHARRAZ (DIV), Fadhel MAHBOULI (Écologiste), Nathalie JOLLY (DVD), Saliou DIALLO (DVG), David SOULLARD (Debout la France), Eric BERLINGEN (DIV).

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.