Dans la 7e circonscription de Seine-Maritime, les jeux semblent presque jouer d'avance. Pourtant, 18 candidats se disputent la place. Carine Bécard s'est rendue au Havre.

Qui prendra la succession d’Édouard Philippe
Qui prendra la succession d’Édouard Philippe © AFP / CHARLY TRIBALLEAU

Dans la circonscription du Premier ministre (la 7eme de Seine-Maritime), Edouard Philippe soutient activement celle qui a été sa suppléante, pendant 5 ans, quand il était député. Agnès Firmin Le Bodo ne cache pas qu'elle se prépare à faire son entrée à l'Assemblée.

► ÉCOUTEZ le reportage

Seulement, l'héritière d'Edouard Philippe, LR depuis des années et ravie qu'il porte les "couleurs politiques" et les "idées" de la droite au sein du gouvernement, doit batailler avec un nombre inédit d'adversaires. Avec 18 candidats investis, il n'y a jamais eu autant de postulants. Le hic, c'est que la candidate d'Edouard Philippe n'est pas la seule à vouloir incarner la "majorité présidentielle".

Disputes autour de l'étiquette "majorité présidentielle"

Mais pour les électeurs d'Emmanuel Macron, la candidate de droite n'est pas ce qu'ils ont choisi en votant Macron à la présidentielle, à l'image de Patrick, qui se laisse tenter par un autre candidat, Antoine Siffert. Un jeune universitaire de 33 ans qui n'a pas été investi par REM, mais qui s'est auto-attribué l'étiquette "majorité présidentielle".

Autre petite ombre au tableau pour la favorite : ce candidat Divers Droite, Hervé Drieu, encarté "Les Républicains" et à priori sarkozyste. Hervé Drieu dit "incarner le renouveau, le non-cumul des mandants et la société civile". Tout ce que défend Emmanuel Macron, en somme. Comme si, dans le fief d'Edouard Philippe, c'était la seule carte à jouer pour espérer gagner. Mais pour les électeurs, c'est surtout un véritable sac de nœuds pour identifier le "bon" candidat dans la mêlée.

► ÉCOUTEZ

Le retour de Stalingrad-sur-Mer ?

Le Havre, c'est aussi une ville qui, jusqu'à il y a une vingtaine d'année, était notoirement communiste. Longtemps surnommée Stalingrad-sur-Mer, la ville rouge a voté en majorité pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril dernier. Près de 30% des voix pour la France insoumise et un regret : celui de Baptiste Bauza, candidat communiste, qui déplore que la France insoumise et le PCF n'ont pas réussi à se mettre d'accord pour les élections législatives.

"Si on avait été rassemblés, la gauche, je pense qu'on avait la possibilité de faire un carton", regrette le candidat communiste. Son objectif, c'est de "défendre le port du Havre, les entreprises havraises..." Bien que divisés, même ambition pour les candidats. Chacun se dit engagé "clairement" de son côté et veut "mettre en échec la politique de Macron et d'Edouard Philippe".

► ÉCOUTEZ

Au total, 18 candidats sont investis dans cette circonscription : Agnès Firmin le Bodo, Antoine Siffert, Hervé Drieu, cités dans cet article, sans oublier Gérald Maniable (La France Insoumise), Allain Guillemet (Parti ouvrier indépendant démocratique), Agnès Firmin le Bodo (Les Républicains), Catherine Beyl (Alliance écologiste indépendante), Alexis Deck (Europe Ecologie - Les Verts), Pascaline Wittkowski (Parti animaliste), Stéphanie Ferrand (Front National), Matthieu Brasse (Parti socialiste), Corinne Levillain (Debout la France), Baptiste Bauza (Parti communiste français), Camille Denis (Lutte ouvrière), Jamela Akrour (Union populaire républicaine), ainsi que Baptiste Clugéry, Abed Tlemcani, Christophe Duval, Nelly Courtois...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.