Le ministre de la Cohésion des territoires mène une campagne sereine dans la 6e circonscription du Finistère, malgré les révélations du Canard Enchaîné la semaine dernière.

Richard Ferrand, serein mais discret, a fait une visite éclair dans le Finistère où il est candidat en vue des législatives
Richard Ferrand, serein mais discret, a fait une visite éclair dans le Finistère où il est candidat en vue des législatives © AFP / CITIZENSIDE / SERGE TENANI

Il est largement favori, mais doit mener campagne au milieu de la tempête. Richard Ferrand, candidat dans la sixième circonscription du Finistère, a été fragilisé la semaine dernière par les les révélations du Canard Enchaîné. Des révélations et des appels a la démission, qui ne l'ont pas empêche de sillonner sa circonscription ces derniers jours.

Pendant ce long week-end de l'Ascension, Elodie Forêt, du service politique, l'a notamment retrouvé à la fête du Nivot, une fête agricole incontournable pour les candidats.

Pour le ministre, la visite a été éclair, discrète, sans journalistes. Malgré de nouvelles charges, Richard Ferrand y paraît serein, combatif et toujours aussi proche du Finistère : "Ce sont les gens d'ici qui m'ont donné leur confiance".

Sans victoire dans le Finistère, Richard Ferrand devra quitter son ministère

Richard Ferrand n'a plus très envie de commenter les révélations du Canard Enchaîné. Le ministre estime s'être suffisamment expliqué. C'est aussi l'avis de la plupart des finistériens rencontrés pendant sa campagne et ce ne sont d'ailleurs pas sur ces révélations que ses opposants attaquent le plus, mais sur le double emploi ministre-député.

La charge la plus vive provient de son opposant politique de vingt ans, Christian Troadec. Le candidat régionaliste, maire de Carhaix, ancien leader des bonnets rouge dénonce un candidat distant, qui a déjà "goûté aux moquettes épaisses d'un ministère".

Même refrain chez Gaëlle Nicolas, candidate Les Républicains, qui devra quitter sa mairie de Chateaulin en cas de victoire et dénonce le cumul des mandats possible entre le ministère de Richard Ferrand et, en cas de victoire, son mandat de député. Gaëlle Nicolas ne s'avoue pas vaincue face à Richard Ferrand. Dans cette circonscription où Emmanuel Macron est arrivé en tête au premier tour, et où François Fillon a fait 17,4%, elle joue la carte de l'opposition utile.

Ne pas laisser tout pouvoir au Président Macron, voila donc l'argument ici pour combattre Richard Ferrand. Tout favori qu'il soit, le candidat de la République en marche a un couperet au dessus de la tête : en cas de défaite, il perdra son ministère.

Dans cette 6e circonscription du Finistère, 14 candidats sont investis pour le premier tour des élections législatives, le 11 juin prochain : il s'agit de Richard Ferrand (REM), Gaëlle Nicolas (LR), Christian Troadec (REG) cités dans cet article, mais également Maxime Paul (COM), Jean-Michel Lucas (FI), Jean Queinnec (EXD), Élisabeth Piro (EXG), Nathanaël Legeard (ECO), Catherine Carpentier (DIV), Bernard Fehringer (DIV), Robert Béra (DVG), Lionel Chabrol (DIV), Sophie Rossigneux (DLF) et Patrick Le Fur (FN).

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.