"La guerre sans l'aimer : journal d'un écrivain au coeur du printemps libyen", par BHL - chez Grasset
"La guerre sans l'aimer : journal d'un écrivain au coeur du printemps libyen", par BHL - chez Grasset © Radio France

« La guerre sans l’aimer : journal d’un écrivain au cœur du printemps libyen », où BHL narre au jour le jour son action en Lybie, et qui est publié chez Grasset.

Les mots ont leur importance. Bernard-Henri Lévy a l’habitude de se présenter comme philosophe, mais là, vous l’aurez remarqué, il s’agit du journal d’un écrivain au cœur du printemps libyen. Et effectivement, dans ce journal, BHL abandonne toute spéculation philosophique pour écrire plutôt ce qui peut se lire, disons, comme un roman d’action.

Et encore une autre remarque sur le titre « La guerre sans l’aimer », expression prononcée par Malraux au moment de la guerre d’Espagne, Malraux, la figure tutélaire de BHL, dans ce livre et dans bien d’autres. Celle du romancier aventurier.

Bon. On peut sincèrement douter que BHL n’aime pas la guerre. Il y a dix ans, il lui avait déjà consacré un essai, « Réflexions sur la guerre » et ici, dans ce nouveau livre, on sent toute sa jouissance littéraire, l’expression n’est pas trop forte, à aller sur le front, à décrire les morts au bord de la route, les combattants, le matériel de guerre sur lequel il semble en savoir d’ailleurs assez long.

Mais revenons au début : quand éclate l’insurrection libyenne en février dernier, BHL se trouve en Egypte, et au lieu de rentrer sur Paris, il décide d’aller là-bas. C’est facile pour lui : il dispose d’un avion personnel et de quelques hommes qui travaillent pour lui. Rappelons que BHL est richissime par son père. Mais bon. Il aurait pu profiter de sa richesse pour croiser sur un yacht entre Monaco et Saint-Tropez, mais ce n’est pas son style. Il préfère l’action, dans le but évidemment d’y jouer un rôle. BHL le dit : quand il arrive en Lybie, il ne connaît rien à ce pays. Mais il comprend très vite que l’affaire libyenne sur laquelle il a un temps d’avance sur tout le monde, va lui permettre d’effacer un de ses échecs : la Bosnie. À l’époque de la guerre en Yougoslavie, BHL avait aussi joué les émissaires entre les Bosniaques et Mitterrand, et même si Mitterrand s’était rendu à Sarajevo, BHL n’avait pas pu empêcher le massacre des Bosniaques. Il a donc immédiatement le sentiment de sa revanche. Et il décide de s’y prendre comme en Bosnie. Dès qu’il arrive à Benghazi, son obsession est immédiatement de rencontrer le chef des insurgés. Il y va au flan, parce que personne ne sait là-bas qui il est.

À ce sujet, une anecdote marrante : BHL dit que ça a marché, parce que les libyens ont trouvé qu’il était bien sapé. Il raconte en effet que même en zone de guerre, il est toujours habillé en BHL : chemise blanche ouverte sur sa poitrine glabre, pantalon noir et mocassins cirés. Il y a quelque chose de Corto Maltese chez BHL. Et aussi d’Alain Delon : d’ailleurs il parle parfois de lui à la troisième personne. Bref, il voit le chef des insurgés et là, il lui dit : il faut envoyer une délégation à Paris rencontrer Sarkozy.

BHL jure ses grands dieux que non, il n'est pas copain avec Sarkozy. Qu’il ne l’a pas vu depuis 4 ans, qu’il n’est pas d’accord avec ses idées, et qu’il n’a pas son numéro de portable. Depuis Benghazi, il appelle donc le secrétariat de l’Élysée, et coup de bol, on lui passe le Président. Qui dit oui à la délégation. À partir de là, il est très difficile de savoir si c’est BHL qui utilise Sarkozy ou Sarkozy qui utilise BHL. En tout cas, à en croire ce dernier, il devient l’agent de liaison du Président sur le terrain. Non pas un ministre des affaires étrangères bis comme on l’a souvent dit, même si BHL ne cache pas son inimitié pour Juppé, mais plutôt les yeux et les oreilles du Président à Benghazi. Un agent pas secret, puisqu’il se déplace avec deux cameramen. En effet, non content de publier immédiatement un livre sur ses aventures libyennes, sans même prendre le temps du recul ou de la réflexion, BHL en fera aussi un film, prochainement sur vos écrans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.