La reine d'Angleterre serait-il légitime ? En 2012 : un squelette est découvert dans un parking, de Leicester. Des recherches ADN montrent que c’est la dépouille de Richard III, un monarque du 15ème siècle. Les résultats des analyses montrent également qu’entre lui et la reine d’Angleterre actuelle, il y a eu un enfant illégitime. Un bâtard à la famille royale !

Impossible de retrouver qui a fauté, à moins d’exhumer un à un les corps de cette famille depuis le 15ème siècle Ce qui n’est pas envisageable. Une chose est sûr : le nombre de rumeurs que cela va susciter.

►►► RÉÉCOUTEZ : le reportage de notre correspondant à Londres, Franck mathevon

Mais ce n’est pas la seule affaire de filiation, cette semaine…

Dans son dernier livre, Nouvelles affaires africaines, le journaliste Pierre Péan affirme qu’Ali Bongo n’est pas le fils naturel d’Omar Bongo. Ali serait un enfant que le président Gabonais aurait adopté au Nigéria, pendant la guerre du Biafra, à la fin des années 60.

Le Président du Gabon Ali Bongo Ondimba, à Paris, 8 avril 2014.
Le Président du Gabon Ali Bongo Ondimba, à Paris, 8 avril 2014. © YOAN VALAT/epa/Corbis

Une information qui a toute son importance, pour Pierre Péan :

L’article 10 de la Constitution gabonaise, éditée par Omar Bongo, père d’Ali Bongo, interdit à un enfant adopté de devenir président. Cet article 10 va être au centre de la prochaine campagne présidentielle. Raison pour laquelle je me suis intéressé à la filiation d’Ali.

Colère de la famille Bongo. Pascaline Bongo, la sœur d’Ali, dément formellement à la télévision gabonaise :

L’affaire a dépassé les frontières du Gabon puisque cette semaine… Le Monde publie une photo d’un registre d’état civil, retrouvée par la mairie de Brazzaville. Où on peut lire qu’Ali Bongo, est bien le fils naturel de son père.

Mais Pierre Péan n’en démord pas. Pour lui, ce document est un faux :

La Présidence de Gabon déclare qu’il serait né à Brazzaville en 1959. Si c’était vrai, la procédure normale voudrait que l'acte d’état civil soit fait à la mairie de Brazzaville, puis transcrit à Nantes.

Or, ce matin, le service central d'état civil de Nantes, a fait parvenir un courrier à Pierre Péan, qui stipule que l’acte de naissance d’Ali Bongo, dont il a demandé, la délivrance ne figure pas dans les registres du service central d’état civile.

Service central d'état civil de Nantes
Service central d'état civil de Nantes © Radio France

Rumeur ou info, la question reste ouverte. Ce débat montre en tout cas toute la difficulté de prouver une filiation. Alors, à moins que le document affiché par Le Monde ne soit soumis à une expertise, pour le moment, c’est parole contre parole.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.