La rumeur se rend à Grenoble

grenoble
grenoble © Radio France

Dans un très grand centre commercial de Grenoble, une rumeur s'est répendue selon laquelle en essayant des vêtements vous risquiez d’attraper la gale .

Elle a évidemment suscité de vives réactions.

Elle acirculé sur les réseaux sociaux , mais aussi par SMS : des milliers de textos ont été envoyés en chaîne, pour mettre en garde les habitants.

Cette rumeur de gale est apparue suite à une autre rumeur.

Unevraie psychose avait explosé quelques mois plus tôt . A Cause d'une démolition à côté d'un bidonville , on s'était mis à parler de « dispersion d’amiante » . Bien qu'infondée,la mairie avait du faire réaliser des tests scientifiques dans l’air pourprouver l’absence de danger . Sitôt éteinte l’affaire de l’amiante, la rumeur de la gale dans le centre commercial est apparue.

La réaction de la ville

La mairie a fait réaliser des investigations par des spécialistes qui ont conclu qu’il n’y avait jamais eu la gale ni à Grand'Place ni dans les transports en commun. Elle a publié un démenti sur son site et l’a distribué aux différents magasins du centre pour qu’ils communiquent avec.

Des victimes collatérales

Lesprincipales victimes de la rumeur sont les 1300 salariés du centre et des 165 magasins. On peut parler de victimes collatérales puisqu’a priori, les auteurs de la rumeur ne visent pas vraiment les employés.

La mairie, peut-être,les gens du voyage, probablement, au pireles dirigeants du centre commercial , mais les employés, et leurs familles, c’est peu probable . Et pourtant ce sont eux aujourd’hui, qui trinquent le plus.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.