La santé des dirigeants est très souvent objet de rumeurs

enquête sur le décès inexpliqué d'une patiente aux urgences de l’hôpital cochin à paris
enquête sur le décès inexpliqué d'une patiente aux urgences de l’hôpital cochin à paris © reuters

La semaine dernière, par exemple. Une dépêche AFP a fait état de deux rapports du Pentagone, qui prétendent que le président russe Vladimir Poutine est atteint d’une forme d’autisme . En pleine crise ukrainienne, ces deux rapports rédigés en 2008 et 2011 ne ressortent qu’aujourd’hui… Comme par hasard.

C’est à se demander si on n’est pas face à une campagne de désinformation bien organisée.Quelle est la bonne recette pour monter ce genre de campagne? Ludovic François peut sans doute nous éclairer sur ce point.

Mais l’information a été quand même assez vite démentie…

Vite, démentie, certes. Mais c’est comme l’histoire d’ « il n’y a pas de fumée sans feu ». Il en reste toujours quelque chose… C’est un procédé vieux comme le monde. Et pendant la guerre froide, ce type d’intoxication était monnaie courante.

Et la différence entre ces rumeurs lancées par les services de renseignement, et les rumeurs qui sortent des réseaux sociaux, c’est que celles-ci sont fabriquées quasiment scientifiquement. C’est un vrai travail d’orfèvre ! Et du coup, ces rumeurs sont extrêmement difficiles à démonter.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.