Cette semaine, la rumeur s'intéresse à une théorie du complot très répandue ... Elle rassemble tous ceux qui contestent le réchauffement climatique.

En Australie, un conseiller du Premier ministre a écrit unetribune ahurissante dans un quotidien national. Il y explique, le plus sérieusement du monde, quele réchauffement climatique est « une invention défendue par les Nations-Unis, pour créer un nouvel ordre mondial »…

Aucun argument scientifique n'est mis en avant pour défendre sa théorie.

Au contraire, il se contente d’affirmer que toutesles études des climatologues qui prouvent un lien entre gaz à effet de serre et réchauffement climatique seraient fausses

Il y a aussi le discours des climato-sceptiques, soutenus par des lobbys.

Les grands groupes pétroliers ont tenté pendant longtemps de faire croire que les climatologues se trompaient .

Ils n’avaient aucune envie de remettre en cause une économie fondées sur les énergies fossiles.

Depuis, les choses ont évolué. Si bien qu’aujourd’hui, mêmele discours officiel d’une entreprise commeTotal ne contredit plus le discours des climatologues.

Quels motifs animent le conseiller australien ?

Ce conseiller spécialisé en économie croit sans doute défendre son pays .

L’Australie est en effet l’un des pays qui émet le plus de gaz à effet de serre dans le monde. Son industrie est fortement dépendante de sesexportations de charbon, vers la Chine.

Face à de tels discours complotistes, que faut-il faire ? Se taire ou répondre ?

Plutôt que le silence, selonSylvestre Huet, il faut de la pédagogie et encore de la pédagogie…

La situation est complexe , d’autant plus que lesthéoriciens du complot disposent parfois de moyens énormes pour produire de véritables super productions documentaires , pour relayer leurs thèses et elles sont très largement diffusées sur internet où elles sont accessibles à n’importe qui.

Une usine à ciel ouvert de charbon en Australie.
Une usine à ciel ouvert de charbon en Australie. © Dave & Les Jacobs/Spaces Images/Corbis
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.