Cette semaine, en plein festival de Cannes, Margaux Duquesne se demande comment les réalisateurs de cinéma traitent du thème de la rumeur, à l’écran

Réalisatrice tunisienne, Kaouther Ben Hania a présenté l’an dernier sur la Croisette son filmLe Challat de Tunis.

C’est l’histoire d’une rumeur :__ un homme en mot o, armée d’unrasoir, balafrerait les fesses des femmes , qui croiseraient sa route .

Interview, micro-trottoir, altercation avec la police … Le film atous les codes du vrai documentaire et pourtant… c’estune fiction .

Ce genre porte un nom, c’est le docu-menteur.

Selon la réalisatrice il permettrait aux spectateurs de s’interroger sur sa propre crédulité.

Si ce genre de films,jouant sur le mensonge n’est pas monnaie courante, l’un d’un eux avait provoqué une vraie polémique.

En 2002, Arte diffuse un film du documentariste William Karel :« Opération Lune » .

Le pitch est incroyable :siles américains ont vraiment misle premier pas sur la Lune , ils n’ont pas la preuve visuelle de leur exploit.

Ils décident donc de fabriquer de fausses images . Et ils en confient la réalisation à Stanley Kubrick .

Qui peut croire à une telle histoire ?

Le film William Karel mêle des images d’archives , desrencontres de conseillers de Nixon , des entretiens avec Rumsfeld ou encore avec la femme de Kubrick .

Tout est fait pour que le spectateur y croit vraiment.

William Kare l a pris un malin plaisir à mêler le vrai et le faux , en utilisant toute les thèses complotistes qu’il a trouvé sur Internet.

Au fur et à mesure du film, lesindices de la fiction sont de plus en plus gros et on s’aperçoit, à la fin, que ce n’est qu’une supercherie.

Karel s’est inspiré d’Orson Welles

On se souvient en effet qu’il avait semé un vent de panique , en 1938 .

La radio CBS avait diffusé une fiction s’inspirant de son roman La Guerre des Mondes : l’histoire d’une invasion extraterrestre .

Certainsauditeurs ont prisl’émission de radio en cours de route ont cru, eux, àun véritable bulletin d’information .

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.