Comment faire pour réinventer les villes, et qu'elles répondent aux défis environnementaux, économiques et sociaux du Monde Nouveau ? Les bouleversements de notre époque font aussi partie du dernier film de Bruno Dumont, le portrait d'une vedette de l'info et de tout un système, cynique et malsain.

Carlos Moreno, chercheur et grand défenseur du concept de la "ville du quart d'heure", et Bruno Dumont, cinéaste, réalisateur, scénariste français
Carlos Moreno, chercheur et grand défenseur du concept de la "ville du quart d'heure", et Bruno Dumont, cinéaste, réalisateur, scénariste français © Mathieu Delmestre (libre de droits), Mustafa Yalcin - Anadolu Agency (AFP)

Carlos Moreno

A quoi ressembleront les villes de demain ? Carlos Moreno est directeur scientifique et co-fondateur de la chaire “Entrepreneuriat, Territoire, Innovation” à l’Université Panthéon-Sorbonne où il est professeur associé. Il a été récompensé de la Médaille de la Prospective, de l'Académie d'Architecture, en 2019, et est considéré comme l'un des pionniers du concept de "smart city", ou plutôt de "ville intelligente". Mais aujourd'hui Carlos Moreno le reconnaît bien volontiers : la promesse d'une technologie qui réglerait tous nos problèmes a échoué. Face à l'immense défi de la crise climatique, doublé aujourd'hui par la crise sanitaire, Carlos Moreno se penche aujourd'hui vers un concept davantage centré vers l'humain : la "ville du quart d'heure". Le principe, que les écoles, les commerces, et tout ce que l'on souhaite faire, puisse être accessible à pied, à un quart d'heure de chez soi, pour gagner en qualité de vie.

Son objet du futur : « Il nous manque de la bienveillance, de la fraternité, donc je rêve d'un portique régénérateur de fraternité, pour que l'âme de l'homme tombe du bon côté. »

Ses derniers ouvrages :

Si on veut combattre à la racine les émissions de CO2, ce sont les villes qui sont les principales émettrices, et dans les villes ce sont les transports / la mobilité. Il faut se questionner, pourquoi on se déplace autant ? Pourquoi il y a autant de mouvements pendulaires ?

Bruno Dumont

Qu’il nous parle de Jeanne d’Arc, Camille Claudel, ou des gens du Nord, sa terre natale, qu’il a filmé dans La Vie de Jésus, Ma Loute ou P’tit Quinquin, Bruno Dumont aime explorer l’âme humaine, toujours en clair-obscur. Dans son dernier film qui sort mercredi, France, il se livre à une critique acerbe, voire même une satire, du système médiatique. L'actrice Léa Seydoux y campe une héroïne contemporaine, vedette de la télévision où le journalisme ne sert qu’à mettre en scène sa gloire personnelle, elle va peu à peu entrer en crise existentielle après un événement qui va lui faire prendre conscience de la vacuité du système. Réalisateur multi-primé, avec la Caméra d'or à Cannes en 1997 pour son premier long-métrage La Vie de Jésus, et deux fois Grand Prix du Jury pour L'Humanité et Flandres, Bruno Dumont n'a pas fait d'école de cinéma pour autant et a plutôt commencé comme professeur de philosophie... 

  • France, de Bruno Dumont avec Léa Seydoux, Blanche Gardin et Benjamin Biolay (en salles le 25 août 2021)
  • Sa prescription littéraire : Monsieur Ouine de Georges Bernanos (1943)
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques :

  • L'éternel retour de Lady Di, par Joseph Ghosn de Vanity Fair
  • Une start-up s'associe à SpaceX pour lancer des panneaux publicitaires spatiaux, par Blaise Mao d'Usbek et Rica

_______________________________________________________________________________________________________

Extraits diffusés :

  • "Les transports publics à Paris", reportage du 08 novembre 1971, INA 
  • Bande-annonce du film France, de Bruno Dumont (2021)
  • Bande-annonce de la série P'tit Quinquin, de Bruno Dumont (2014)
  • Bernard Stiegler à propos de la métaphysique dans l'œuvre de Kubrick, dans l'émission "L'Evangile de Kubrick selon Martin Heidegger" sur France Culture, le 23 septembre 1998

Programmation musicale :

  • Benjamin Biolay – Souviens-toi l'été dernier
  • J. Cole – Pride is the devil (feat. Lil' Baby)
  • Christophe – Oh mon dieu 2
Les invités
L'équipe