Le titre fait référence à une peinture de Claude Monet qui date de 1886. Mais le traitement "scientifique" de cette toile est laborieux, loin de l'approche des impressionnistes qui cherchent à capter l'instant fugace. Avec Paul Signac, nous abordons le pointillisme (dit aussi néo-impressionnisme) qui consiste en la juxtaposition de petite touches de couleurs contrastées. C'est notre œil qui effectue le mélange. Ainsi un point bleu à côté d'un point jaune donne la sensation du vert. Paul Signac soigne ici l'aspect décoratif avec des lignes sinueuses, sans recherche de perspective, qui font penser à l'art nouveau…

Maxime PAZ

Références bibliographiques :

  • DISTEL, Anne, Leighton , John, Stein, Susan Alyson: Signac, 1863-1935, Paris, Galeries nationales du Grand Palais,27 février-28 mai 2001 . Paris, Réunion des musées nationaux, 2001.
La femme à l'ombrelle de Paul Signac (1893)
La femme à l'ombrelle de Paul Signac (1893) © photo musée d'Orsay / rmn
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.