Un autre regard sur les forces de sécurité. Ils/elles nous racontent cet été pourquoi avoir choisi de s’engager dans la police ou dans la gendarmerie.

Pratiquer la médecine au RAID nécessite notamment une bonne condition physique pour pouvoir supporter les 30 kilos d'équipement
Pratiquer la médecine au RAID nécessite notamment une bonne condition physique pour pouvoir supporter les 30 kilos d'équipement © Maxppp / Nicolas Kovarik

Ce matin c’est Matthieu qui passe à la table de Nathalie Hernandez. Il n’est pas policier, mais l’un des médecins chef du RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion) depuis près de 10 ans . Il accompagne l’élite de la police dans ses interventions. Autant dire qu’il prend lui aussi des risques.

Chaque dimanche, Nathalie Hernandez reçoit un poulet à sa table. Gendarme de haute montagne, gendarme mobile, ou chef du raid, ils nous racontent leur parcours et la raison de leur engagement dans les forces de l'ordre.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.