[scald=12447:sdl_editor_representation]Petite leçon de pédagogie pour les retardataires... Le Micro met en perspective les différentes observations des intervenants professionnels, lors du congrès où l'existence du Point G était à l'ordre du jour. Rien n'est plus déicat que de tenter de déterminer si le plaisir de la femme peut à coup sûr être prédéterminé ! Pour autant, continuer la recherche du Point G est peut être pour certaines femmes une vraie libération. _ [ Le « point G » vient du nom du sexologue Ernest Gräfenberg, le premier à avoir fait une étude scientifique sur le plaisir féminin en 1950 ]_

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.