Pas toujours facile de passer à l'acte, même quand on en meurt d'envie. Les doutes sur le dessin que l'on souhaite ou sur la partie du corps que l'on veut tatouer, qui choisir, comment ? Et parfois même, des questions plus profondes: puis-je m'approprier toute la symbolique culturelle d'un tatouage ? Ai-je le droit de le faire ?

Madame Loretta
Madame Loretta © Hervé Pauchon

À l'origine, le tatouage était un signe d'appartenance à un peuple. Popularisé par les populations marginales durant le XXème siècle, il est aujourd’hui devenu plus esthétique et touche beaucoup plus de monde. En France, une personne sur dix serait tatouée.

A l'occasion du début de l'exposition Tatoueurs, tatoués , au Musée du Quai Branly, qui retrace l'histoire du tatouage depuis son apparition dans les sociétés primitives, jusqu'à l'effet de mode qu'il peut connaître aujourd'hui, voici des réponses aux questions que vous pouvez vous poser.

Fidèle au slogan du musée, "là où dialoguent les cultures", le parcours explorera la pratique du tatouage dans différentes sociétés du monde: identitaire chez les Maoris, religieuse en Europe, symbole de contestation pour les Japonais ... Il retracera pour la première fois une chronologie de l'Histoire du tatouage contemporain, de la fin du 18e siècle à nos jours. Treize "prototypes reproduisant de manière hyperréaliste des parties du corps" ont été créés pour l'exposition, et tatoués par des grands noms comme Jack Rudy, Xed LeHead, Tin-Tin, Filip Leu ou Horiyoshi III.

Evénement(s) lié(s)

Tatoueurs, tatoués

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.