Nguyen-Van Kien
Nguyen-Van Kien © Anna Katharina / Anna Katharina

Il aura fallu attendre plus de 70 ans à Kiem Nguyen-Van pour évoquer ses années Công Binh, années sombres « d’ouvrier soldat » réquisitionné sous l’occupation par une France qui recrutait dans ses colonies d’Extrême-Orient. Parti à 19 ans de son Tonquin natal, il n’y reviendra qu’à 64 ans passés. Une période de sa vie laissée sous silence. Rien n’a été dit à sa femme, ses enfants, des camps à la discipline militaire où il fut souvent mal nourri, victime de brutalité et surexploité. Rien non plus de l’humiliation quand, dans son pays d’origine on le fit passé, pendant la guerre d’ Indochine, pour le traitre qui aurait préféré combattre aux côtés des français.

Aujourd’hui, grâce à sa fille, Béatrice, qui a trouvé trace de cette mémoire auprès de l’ U.G.V.F ( Union Générale des Vietnamiens de France ), et du travail de Lam Lê pour son film « Công Binh », sorti fin janvier, Kiem peut se souvenir et enfin transmettre cette partie cachée de l’histoire de France.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.