Ngyen-Van Kien
Ngyen-Van Kien © Radio France / Anna Katharina

Monsieur Kiem Nguyen-Van, 93 ans aujourd’hui, n’a raconté que très récemment à sa fille les conditions de son départ du Vietnam, colonie française à l’époque.

Cet homme discret a longtemps tu son histoire, celle qu’il partage avec des milliers de compagnons indochinois réquisitionnés avant la défaite de 1940, de gré ou de force, comme « ouvriers soldats » par la France occupée. Encadrés par des officiers et des fonctionnaires coloniaux, ces « Công Binh » ont fourni pendant l'occupation une main d’œuvre à bon prix.

Passées ces années de dénuements, de mauvais traitements et de mépris, ils sont restés en France, y ont fondé une famille, en occultant cette partie volée de leur vie.

Après la parution du livre de Pierre Daum, « Immigrés de Force » aux Editions Actes Sud, et avec la sortie du film de Lam Lê, le 30 janvier, « Công Binh la longue nuit indochinoise », les langues se délient , des familles retrouvent leur histoire et restaurent l’image de ces hommes oubliés.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.