300.000 citoyens français composent la communauté tsigane.

Pour indication, quelque 2.800 familles sont sédentarisées depuis plusieurs générations sur l’agglomération Marseillaise comme sur d’autres Villes du pourtour Méditerranéen, telles que Nice, Toulon, Avignon, Montpellier, Sète, Béziers,...

3.000 caravanes environ transitent annuellement sur les départements de la région PACA et de ceux limitrophes.

Le drapeau de la communauté Rom
Le drapeau de la communauté Rom © AdiJapan

Les Tsiganes présentent une diversité qui s’explique par l’histoire de leur migration. S’ils viennent pour l’essentiel du nord-ouest de l’Inde, région qu’ils ont quittée vers le Xème siècle, ils se sont imprégnés des cultures des différentes sociétés rencontrées au cours de leurs parcours géographiques.

Un aspect commun à tous les "Gens du Voyage" : ils ont toujours été objet d’exclusion, dans toutes les migrations, notamment en France où la Halde a rappelé à l’Etat qu’il fallait cesser les discriminations contre les "Gens du Voyage" par plusieurs délibérations.

Ils font souvent l’objet de généralisations et de confusions : on assimile une communauté à une autre, un groupe familial à un autre, une situation particulière à l’ensemble de la communauté. On considère qu'ils forment un ensemble homogène, ce qui est faux.

C’est particulièrement le cas pour ce qui concerne les Roms. La focalisation, justifiée, sur la situation d’extrême pauvreté des familles Roms venues des Pays de l’Est ne doit pas faire oublier qu’il s’agit d’une question très différente de celle des Gens du voyage français (dont d’autres Roms), installés depuis très longtemps en France qui souhaitent, eux, disposer de terrains pour s’arrêter temporairement ou y séjourner ...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.