Le 2e massif du Tour est demandé au parloir.

8e étape Dole-Les Rousses - 187 km

C’est un massif calcaire solide qui nous attend : le Jura. Il y a 200 millions d’années, c’était une immense fosse marine où s’accumulèrent des tas de choses, des sédiments, des marnes, des débris d’animaux marins, des cyclistes, des promesses électorales. Et puis il y a 50 millions d’années, les Alpes pointent le bout de leur nez et hop, elles soulèvent en même temps qu’elle la jupe du Jura.

Amis géologues ne m’engueulez pas, c’est de la géologie pour les nuls dont je fais partie, je fais simple.

Ce Jura est très beau, une alternance de vallées profondes, de combes, de reculées, de cluses, de crêts, de clocher polychromes, de cascades avec ou sans hérissons.

Peut être les coureurs croiseront-ils en bord de route une vouivre, en maillot Cochonou, chère à Marcel Aymé, c’est une sorte vipère avec des ailes de chauve souris ornée d’un rubis, c’était un OGM avant l’heure.

Et il y a aussi les vaches

De plantureuses Pies rouges de l’Est ou Montbéliardes apportent du lait avec leur seau entre les cornes à la fruitière – fruitière ... rien à voir avec le rayon fruits et légumes plein de pesticides de votre super marché, non – c’est le fruit du travail commun en coopérative où on fait fructifier le lait sous forme de Comté, puis le faire vieillir au Fort des Rousses au milieu de 100000 meules - je n’oublie pas le Bleu de Gex ou de Septmoncel.

Dole ville-départ du jour

C’est en 1674 que Dole, devint française sous l’action conjuguée de Louis XIV, Roi-Soleil qui n’est pour rien dans la canicule qui préside à ce début de Tour, et surtout à son fidèle et incontournable Vauban, dont les traces fortifiées partout en France permettraient à ASO de dessiner le parcours de plusieurs Tours rien que pour les relier entre elles.

Toujours en 1674, Boileau célébrant ce fait d’armes dans son « Art Poétique » crut bon d’affubler le « o » de Dole d’un accent circonflexe qui valut pendant des siècles à la ville de s’entendre appeler à tort « Dôle » ! J’entends encore Bernard Clavel, franc comtois et ami, pester quand on disait Dôôle.

On prend le frais en forêt

48% de la surface du Jura est recouverte d’immenses forêts de sapins et d’épicéa – façades à tavaillons. J’ai un copain de vélo vers Clairvaux-les-Lacs qui me dit : « Si tu veux regarder le pays, faut écarter les branches » et peut être même que vous rencontrerez un jour des arbres président, les plus hauts comme dans la forêt de la Joux.

Le Tour va quitter Dole comme Michel Serrault la quittait dans le film de Chatilliez en 1995 « Le bonheur est dans le pré ».

Mais alors que Serrault fuyait le Jura pour le Gers, le peloton reste dans le département qui lui offrira ses deuxièmes pentes sérieuses après les Belles Filles, voici les Rousses !

Quelle est l’origine du mot Les Rousses ?

Ca vient de la chasse, on allait à la chasse aux animaux roux, on flinguait renard, lynx, ours, belette, écureuil. On allait à la rousse ou aux Rousses.

Avant cela, le peloton passe par Arbois

Où Pasteur se livra à ses travaux sur la conservation du vin, qui, à l’époque avait un peu trop tendance à tourner en vinaigre, au grand désespoir des viticulteurs et de Napoléon III, soucieux de la réputation viticole de l'Empire. Travaux aux résultats discutables, car la chaleur de la « pasteurisation » tuait bien les maladies mais ... provoquait aussi la destruction des bons microbes nécessaires à la fermentation alcoolique. Bref, il est heureux pour sa gloire que Pasteur soit rapidement passé à la lutte contre la rage !

Ils vont rouler dans ce petit paradis cycliste sur les 3 marches du Jura : le vignoble, le plateau, la montagne dans le Parc Régional du Haut Jura, dans des coins horlogers où on est jamais « contre » la montre mais bien « pour » la montre

St Claude !

Kilomètre 159, capitale de la pipe. Mais comme nous serons au pied des vraies difficultés du jour, pas question pour les coureurs de « fumer la pipe », ce qui, traduit du jargon cycliste, signifie musarder.

Saint-Claude est le siège de la Confrérie des Maîtres -pipiers, fondée en 1966 à l’initiative de l’emblématique élu du Jura, j’ai nommé ... Edgar Faure !

Ce même Edgar Faure, le saviez-vous, qui, alors qu’il présidait l’Assemblée Nationale dans les années 70 eut l’idée de mettre à la disposition des députés des assistants parlementaires, une profession qui fût longtemps très familiale.

Edgar Faure encore, qui sous la IVe République proclamait : « C’est le départ du Tour, le gouvernement est tranquille pour trois semaines ! » On ne sait pas si le peloton est en marche mais au moins il est en route.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.