La première question de ceux que je rencontre à Gaza, Moscou, Alger ou Téhéran, c’est : quelle image vous avez de nous ? C’est toujours la première phrase . L’image. Que pensez vous de nous, que dit on de nous là bas ? On sent bien que celles que nous avons en tête ne sont pas celles qu’ils aimeraient donner. Dans l’épisode 2, Samia à Alger disait : si on avait le choix on aurait choisi d’être nous-mêmes évidemment. Elle qui a grandi dans une famille islamiste et n’a le droit ni d’écouter de la musique ni d’enlever son voile pour montrer le visage qui lui ressemble.

Certains ont décidé de FAIRE des images . Pour changer petit à petit la perception, rappeler qu’une autre façon de vivre est possible mais ce n’est pas sans risques... En Iran comme à Gaza il y a deux versions de la vie. A Téhéran avec une vraie vie souterraine, à Gaza sur Internet et les réseaux sociaux, on parle à ceux qui nous sont interdits pendant la journée. L’image nouvelle donc, l’air de rien, sans alerter la censure, se fabrique.

Faire du cinéma à Gaza : KHALIL #contrecourant

Des images nouvelles de Téhéran : ALI, 25 ans #détournelacensure

Métisse et homosexuelle à Moscou : LAURA, 24 ans #risques

  • KHALIL El Muzayeen est cinéaste à Gaza. Alors que les cinémas ont fermés au début des années 90, que le dernier cinéma de Gaza avait été incendié en 96 par des miliciens du Hamas, les images continuent de se faire. Le studio de Khalil est tout en hauteur, 12è étage. Vue sur toute la ville. Khalil vient de terminer un film sur l’histoire du cinéma en Palestine… et même si le Hamas interdit systématiquement la projection de ses films à Gaza, il n’abandonne pas.

Pendant ce temps dans le studio HAYA est arrivée, c’est la nouvelle comédienne de Khalil. A Gaza elles sont 2, 3, 4 actrices, pas beaucoup plus.

Khalil et ses amis
Khalil et ses amis © Aurélie Charon
Khalil et Haya
Khalil et Haya © Aurélie Charon

Tout à coup quelqu’un sonne à la porte du studio de Khalil… et je n’aurais jamais pu imaginer que ce serait ISRAA, a jeune porte parole du Hamas que nous avions entendue dans l’épisode 4 . Elle a 24 ans et a été nommée en septembre dernier par le Hamas pour redorer l’image du parti. Elle est souvent en désaccord avec le gouvernement… et elle fait ce pas de côté en commandant un film à Khalil.

  • A Téhéran,ALI Kaveh a 25 ans il est photographe …il fait des images des deux côtés comme il dit de la société iranienne, l’image que j’ai vue le vendredi à la montagne par exemple… où les jeunes viennent se retrouver entre filles et garçons, pour fumer et déjeuner… et celles des familles religieuses… il me glisse que malheureusement, il va devoir faire une pause de deux ans pour faire son service militaire bientôt, s’il veut récupérer son passeport

BONUS ECOUTE :

A Gaza, j’avais rencontré ANAS qui a réalisé HAPPY GAZA … mais le jour où je le rencontre au café Mazaj de Gaza ville, un des endroits les plus branchés qui est dans le clip, on ne trouve plus la vidéo sur Youtube, elle a été bloquée.

LAURA à MOSCOU a deux… disons "particularités" qui ne sont pas forcément faciles à vivre en Russie : elle est métisse, son père est d’origine sénégalaise, et elle est homosexuelle… elle se bat en ce moment pour son projet de film autour d’un couple de femmes.

Laura à Moscou
Laura à Moscou © Aurélie Charon

Les liens

Le livre Iranian Living Room

Everyday Iran sur Instagram

La page Facebook d'Underground Democracy

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.