Que nous racontent les faits divers ? Pourquoi certains crimes nous marquent-ils plus que d’autres ? De l’affaire Grégory à l’affaire Cantat, de Simone Weber à Francis Heaulme, sans oublier la récente évasion de Redoine Faïd, l’opinion publique, la presse, la télé se passionnent pour ces drames humains.

Enquêtes, affaires sensibles et cavales : le fait divers, une passion française ?
Enquêtes, affaires sensibles et cavales : le fait divers, une passion française ? © Getty

Je vais encore parler de ma mère, pardon, mais il faut que je vous raconte la fois où la police l’a soupçonnée de diriger un trafic de drogue. Ma mère ! Une femme pour qui prendre le métro sans ticket représentait le début de l’anarchie. Autant vous dire que son audition à la brigade des stups de Nanterre a duré cinq minutes chrono, excuses comprises.  

Sauf que l’affaire n’était pas finie. C’était bien dans notre immeuble que des bandits planquaient leur marchandise. Et c’était notre femme de ménage qui leur avait donné la clé, avant de disparaître dans la nature. Les flics savaient qu’elle reviendrait. Ils l’ont attendue chez nous. Une semaine de planque, de 8h à 22h, repas compris, parce que  Maman n’imaginait pas dîner devant des gens sans leur mettre un couvert. 

Pour moi qui avais rêvé, enfant, de devenir magistrate ou commissaire – jusqu’à ce que je découvre qu’il fallait faire du droit, avoir une bonne vue et courir vite -, c’était comme vivre un polar en live. J’avais 18 ans, j’ai séché les cours pour passer mes aprems avec le quatuor d’enquêteurs dont le chef, un fan de Johnny, portait banane, santiags et perfecto. 

Pour tuer le temps, on jouait au Trivial Poursuite et au Pictionary. Il y avait un petit jeune dans le groupe, un gars du Sud, on aurait dit un étudiant, il me plaisait bien. Leur vie à tous me paraissait fascinante, dangereuse, utile. 

J’étais là quand la fautive a été arrêtée. Je n’oublierai jamais ce moment où j’ai compris qu’on n’était pas au cinéma. C’était une vraie fille, c’était sa vraie vie, une vie de gourdiflette amoureuse, enceinte d’un salaud qui s’était bien servi d’elle. 

Où qu’elle soit aujourd’hui, j’espère qu’elle va bien. Moi, je continue de dévorer les faits divers, grands et petits, en gardant à l’esprit qu’il y a toujours des vraies vies derrière.

Au programme, des spécialistes des faits divers : 

  • Patricia Tourancheau, ex-journaliste à Libération spécialisée dans les affaires criminelles et les affaires classées, collaboratrice du site d’information Les Jours auteure de « Grégory, la machination familiale (Edition le Seuil et les Jours). 
  • Stéphane Bouchet, ex-journaliste au Parisien, co-auteur de « Trintignant-Cantat : l’amour à mort » avec Frédéric Vézard (Archipoche) et réalisateur de documentaires sur les affaires criminelles dont « Le calvaire de la jeune-fille au pair / l’affaire Sophie Lionnet » diffusé sur TFX le 8 septembre.
  • Stéphane Durand-Souffland, chroniqueur judiciaire au Figaro, collaborateur du hors-série « les 10 affaires criminelles qui ont marqué la France » et co-auteur avec Pascale Robert-Diard de « Jours de crime » (L’Iconoclaste)

Programmation musicale :

"Tout est pop" Alain Chamfort

"Blue lights" Jorja Smith

"Quand je serai KO" Alain Souchon

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.