Séisme redouté, nirvana tant espéré, ou simple étape de plus dans nos vies de plus en plus longues ? Comment préparer sa retraite pour ne pas la subir comme une mise au ban de la société ?

Retraite : comment partir du bon pied ?
Retraite : comment partir du bon pied ? © Getty

C’est une interview de Michel Drucker qui a mis le feu à mon imagination au début de l’été. Après 54 saisons de télé, l’ex-gendre idéal de l’ORTF confiait avoir rencontré récemment des patrons de chaînes, histoire d’assurer ses arrières au cas où ça ne collerait plus avec France 2. Le gars a 75 ans et parle même de refaire de la radio l’an prochain.  

Entendons-nous, j’ai horreur du jeunisme. Je souhaite sincèrement à Michel Drucker de travailler aussi longtemps qu’il le désire, je suggère même qu’on lui invente un CDE – un contrat à durée éternelle – si ça peut lui faire plaisir. 

Non, ce qui m’affole dans tout ça, c’est l’idée que moi, je pourrais être obligée de bosser jusqu’à 75 ans. Contrairement à Mimi, la retraite, je l’attends de pied ferme, un peu comme j’attends de gagner à l’Euromillion sans jamais penser à acheter un ticket. 

Comme je n’ai pas la moindre idée d’où j’en suis dans mes trimestres – oui, je vous ai dit que j’avais une phobie administrative ? -, je suppute que j’y aurai droit d’ici une grosse vingtaine d’années. A la louche. Si la retraite existe encore, bien sûr, et si je survis jusque-là à ma précarité de  pigiste-intermittente-chômeuse-rigolote. 

Mais alors là, si ça le fait, j’aime mieux vous dire que ça va être l’éclate. Depuis l’interview de Drucker, j’énumère dans ma tête tous les trucs que j’ai envie de faire quand j’aurai la vie devant moi et plus d’ados sur le dos. 

La liste sera bientôt plus longue que La Recherche du temps perdu et comporte notamment l’apprentissage de la cuisine vietnamienne, de la plongée et de l’hypnose ericksonienne. Du coup, si Michel Drucker nous entend et qu’il veut me donner des trimestres, je l’en débarrasse de bon cœur, de rien, vraiment, ça me fait plaisir (fin jingle). 

On en parle ce matin avec nos invités : 

- Danièle Laufer, journaliste, auteure de L'Année du Phénix. La première année de la retraite (Les Liens qui libèrent)

- Jean-Louis et Andrée Bloch, ingénieurs à la retraite, et membres de l'association Old Up

- Serge Guérin, sociologue, spécialiste des questions de vieillissement, auteur de La Guerre des générations aura-t-elle lieu? (Calmann-Lévy) et de La Silver Economie, co-écrit avec Dominique Boulbès (La Charte)

Programmation musicale : 

- "Cap-Ferret / Flots de l'âme", Thibault Cauvin & M

- "Loving is easy", Rex Orange County feat. Benny Sings

- "Sympathy for the devil", The Rolling Stones

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.