Ce soir nous parlerons de rires en boite et de desperate housewive avec "Kevin can Fuck himself" sur Prime, d'entrechat et d'étoile filante avec "L’Opéra" sur OCS et enfin de croyance maorie et de pont de la mort avec "One Lane Bridge" sur Arte.tv.

Illustration de la série "L’opéra"
Illustration de la série "L’opéra" © Getty / Thomas Barwick

Avec nous ce soir pour en parler

  • Isabelle Danel de bandeàpart.fr
  • Marjolaine Boutet de phosphore
  • Benoît Lagane  du 5/7 de Mathilde Munos et de Télématin

"Kevin can Fuck himself" sur Prime

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

_Un programme américain en huit épisode_s 

A première vue nous sommes dans une sitcom/ un paradigme de ce genre de séries avec lumière surexposée, trois décors, le salon, la cuisine et la chambre à coucher, un petit solo de batterie pour annoncer la scène, un bref zoom avant sur les fenêtres d’une maison de la middle class et évidemment ses rires enregistrés. 

C’est dans cet univers sans âme qu’évolue Allison, femme au foyer et vendeuse à mi-temps, qui subit jour après jour l’inconséquence de Kevin son adulescent d’époux, ses bagues phallocrates ainsi que celles de son crétin voisin et de son beau-père. 

Mais une fois les membres masculin sortis du champ, la lumière change à vue, se fait plus sombre et révèle la vraie vie de notre héroïne. Celle d’une femme névrosée, lasse de jouer les faire-valoir et les têtes de turcs de ce programme formaté. 

Une quadra agacée de n’être qu’un second rôle dans son existence et qui, après avoir enfin identifié les racines de son mal-être – son mari en l’occurrence –, va prendre la décision radicale de traiter le problème à la source.

Une série produite et écrite pour AMC par Valerie Armstrong avec Annie Murphy dans le rôle principal que l’on vue dans Schitt’s Creek et Russian Doll.

"L’opéra" sur OCS

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En dix épisodes .

Une toute nouvelle saison débute à l’Opéra de paris. Mais dès le départ, la prestigieuse maison temple de la danse classique subit les intempéries de plusieurs crises. Un nouveau directeur vient d’être nommé et sa personnalité ne plait pas à l’ensemble du conseil d’administration. D’autant plus que parmi les premières décisions qu’il a choisies de prendre, il envisage de limoger une des étoiles du corps de ballet. 

Une ancienne amie mais dont il considère qu’il est temps pour elle de débuter une nouvelle aventure loin des lustres du palais Garnier. Manière diplomatique mais nullement délicate de faire comprendre à la danseuse qu’elle a fait son temps. C’est dans cette ambiance électrique que débarque Flora, jeune ballerine noire reléguée au statut de remplaçante et qui va devoir se battre pour faire sa place dans cette très blanche institution.

L’opéra une série écrite par Cécile Ducrocq, autrice sur Le Bureau des Légendes, et Benjamin Adam, auteur sur Paris Police 1900. Au générique on retrouve Ariane Labed, Raphaël Personnaz et Suzy Bemba.

"One lane bridge" sur Arte.tv

"One Lane Bridge" série de Pip Hall et Philip Smith sur Arte.tv
"One Lane Bridge" série de Pip Hall et Philip Smith sur Arte.tv / TVNZ/Arte

Une série néo-zélandaise en six épisodes, déjà disponible sur Arte.tv jusqu’au 14 novembre et diffusé sur la chaine en deux soirées les jeudis 9 et 16 septembre.

Tout débute par un beau mouvement panoramique de la caméra qui, depuis les eux troubles où stagne le corps d’une jeune fille, remonte le long d’un pont où s’accumulent les cadavres. Début un rien mortifère pour ce polar se situant dans une région sauvage de la Nouvelle Zélande. 

Un jeune flic d’origine maori débarque au moment même où l’on découvre le corps sans vie d’un pilier de la petite communauté qui vit retranché dans cette campagne montagneuse. Corps retrouve sous ce fameux pont du début et qui semble être de sinistre réputation. Un homme qui laisse derrière lui une veuve et sans doute un veuf du placard. 

Notre héros, dont a couleur de peau tranche sur la blanchité ambiante, se lance dans une investigation pour la moins épineuse au cours de laquelle il se découvre un pouvoir dont il se serait bien passé : celui de voir les morts.

One Lane bridge une série créée et écrite par Pip Hall et Philip Smith avec dans les rôles principaux Dominic Ona-Ariki, vu dans Jonah, Joel Tobeck qui figurait au générique de Sons of Anarchy et Alison Bruce vue dans Top of the Lake.

Le conseil littéraire

Alice et les autres de Vinciane Moeschler paru aux éditions Mercure de France.

Une femme peut en cacher une autre… comme dans la série dont nous venons de parler, ce roman évoque le destin d’une femme plurielle. Pathologiquement plurielle puisqu’aux yeux de la médecine, elle est atteinte du trouble de la personnalités multiple. 

Epouse sans histoire, amoureuse de son mari et mère modèle, Madame Morin peut à tout instant libérer une petite fille de six ans, une femme dévergondée et vulgaire ou encore un monsieur d’un âge certain et violent. 

Sans jamais en avoir le moindre souvenir. Un roman polyphonique où l’autrice fait entendre les voix intimes de son héroïne mais également celles de son époux, de son médecin ou encore de son infirmière lorsqu’elle est internée. 

Mais derrière ces personnalités de fuite ou peut-être de projections intimes, se cache aussi un lourd secret de famille. Alice et les autres est un roman en forme de spirale, qui tourne autour de son modèle comme un serpent autour de sa proie, qui dit le désarroi de Madame Morin et celles de ses proches et qui agit comme une catharsis haletante. Et dont la force réside dans une idée stylistique aussi faussement simpliste que brillante et qui consiste à aller sans cesse à la ligne. 

Comme un récit brisé, morcelé et qui semble toujours redémarrer, conférant à la lecture une tension sourde. Comme une enclave qui serait celle de cette femme perdue dans les méandres vertigineux d’une personnalité confuse qui se dérobe sans cesse sous elle.

L’effet miroir de Benoît Lagane 

Ou l’actualité racontée par une série, un épisode, un personnage ou une scène culte.

Retour sur quelques séries projetées en compétition à Séries Mania :

« Jérusalem »  « Furia » « Jeune et Golri »"The echo of your voice", « Blackport ». 

La programmation musicale:

  • Billie Eilish«  Happier than ever »
  • Daft Punk, feat Pharell Williams &Neil Rodger  "Lose yourself to dance"
  • Gaëtan Roussel « Est-ce Que tu sais ? » 

Plateau télé et séries de l’été

Isabelle vous conseille Sleepers sur Arte.tv

Marjolaine  vous propose Hit and Run sur Netflix

Malo vous parle de Physical sur Apple TV

Xavier vous suggère Creamerie sur Brut X

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés