Cette semaine au programme d'Une heure en séries, Facture israélo- palestinienne et polar politique dans "Our Boys" sur Canal+, mythologie nordique et menaces climatiques avec "Ragnarök" sur Netflix et recherche de la mère et quête du père avec "Il a déjà tes yeux" sur France 2.

Série "Our Boys" - Saison 1 de Hagai Levi et Joseph Cedar avec Shlomi Elkabetz (Simon), Adam Gabay (Avishay Elbaz).
Série "Our Boys" - Saison 1 de Hagai Levi et Joseph Cedar avec Shlomi Elkabetz (Simon), Adam Gabay (Avishay Elbaz). © HBO/Keshet

"Our Boys" sur Canal

Juillet  2014. Trois lycéens israéliens sont kidnappés. Malgré les appels à leur libération et les prières qui se multiplient dans le pays, leurs corps sont retrouvés 18 jours plus tard. La rue ne réclame pas justice. Elle crie sa soif de vengeance et de sang. Elle l’obtiendra.Quelques jours après ce premier drame, le corps de Mohamed, adolescent palestinien, brûlé vif, est découvert.

Les services secrets israéliens surveillent de près les orthodoxes et colons extrémistes.

Qui a enlevé le gamin ? Des colons comme en ait persuadé le père de la victime ? Est-ce un crime commis au nom de la loi du Talion ? Ou au contraire un crime gratuit, un crime haineux ou encore un crime d’honneur ? Dernières hypothèses qui arrangerait tout le monde. Mais c’est trop tard. Les jeunes palestiniens se soulèvent. C’est l’escalade tant redoutée et Gaza s’embrase…Une série décriée fin août par Benyamin Netanyahou qui, il faut le dire en pleine campagne électorale, l’a ouvertement qualifiée « d’antisémite », lui reprochant de prendre partie pour la seule douleur des familles palestinienne – ce qui faux – et de ne pas assez favorable au rôle du gouvernement israélien (qu’il dirige à l’époque). 

Une série à la mécanique de suspense et à la minutie de reconstitution imparables, créée pour HBO par Hagai Levi (co créateur de The Affair), Joseph Cedar (auteur au cinéma de Footnote) et de l’auteur arabo israélien Tawfik Abu-Wael (Derniers jours à Jérusalem en 2011 au cinémas

"Ragnarök" sur Netflix

Au coeur de la campagne norvégienne, dans le lycée de la petite ville fictive d'Edda, des adolescents assistent impuissants et choqués à de violents changements climatiques et se persuadent que ces catastrophes naturelles sont annonciatrices du Jour du jugement dernier. L’action se déroule de nos jours dans la petite ville norvégienne fictive d’Edda (en clin d’oeil à l’Edda poétique, un ensemble de poèmes sur la mythologie scandinave) qui semble promise à un nouveau Ragnarök, la fin du monde prophétique dans la mythologie nordique, sauf si un héros intervient à temps pour le stopper. 

Et ce héros n’est autre que Magne, un lycéen doté de super-pouvoirs qui va se retrouver confronté malgré lui à une lutte sans merci entre les descendants des divinités nordiques comme Odin et Thor et les Titans, bien décidés à mettre le monde sens dessus dessous. Il pourra compter sur ses camarades pour mener à bien ce combat contre le mal et éviter au monde de sombrer dans le chaos. 

La série Ragnarök semble épouser autant les codes du teen drama que du genre fantastique et devrait rapidement trouver son public. Série signée Adam Price (Borgen, Au nom du père) avec David Stakston et Jonas Strand Gravli .

"Il a déjà tes yeux" sur France 2 

En 2017 sort sur les écrans le film de Lucien Jean Baptiste « Il a déjà tes yeux » où un couple composé de Paul martiniquais et de Sali d’origine sénégalaise en quête d’adoption se voir confier le petit Benjamin, un bébé blond comme les blés. Gros carton en salles avec plus d’un million de spectateurs d’où ans doute l’idée de décliner ce succès en série télé. 

La bonne initiative est ici d’avoir choisir de faire une suite à cette comédie familiale. Benjamin a grandi de manière expresse puisqu’en deux ans il en a pris dix et ses parents lui ont offert Noé, un petit frère biologique d’un an son cadet. Deux exacts contraires qui cohabitent joyeusement dans une maison du bonheur jusqu’au jour où débarque le père de Paul. Un géniteur affable et mythomane que Paul n’a pas vu depuis des années et que Paul rechigne à accueillir. Un retour inopiné et peu désiré qui va donner l’envie à Benjamin de retrouver ses parents biologiques. 

Une comédie sociétale sur les familles que l’on dira composées, unis par les liens du sang ou pas et où l’on retrouve intact tout l’humour tendre et humaniste de Lucien Jean-Baptiste auteur, interprète et réalisateur de La Première étoile, Dieumerci). 

Pour cette série il a collaboré avec son complice Sébastien Mounier (auteur de Ad Vitam ou C’est quoi cette mamie)
et l’on retrouve avec joie Aïssa Maïga (Escale Fatale), Lucien Jean-Baptiste, Arié Elmaleh.

Avec nous ce soir pour en parler :

  • Ava Cahen, journaliste et auteure de Game of Thrones décodé aux éditions du Rocher.
  • Benoît Lagane alias le Conteur Cathodique et tous les vendredis à 5h53 pour la chronique "Faim de séries" dans le 5/7 de Mathilde Munos sur France Inter.
  • Ariane Allard de Positif et Causette (rubriques cinéma et séries télé).

La programmation musicale:

  • Lizzo, Boys.
  • Björk, so quiet.
  • M, Lettre infinie

La pépite inédite:

Deadwater fell sur Channel 4.

"Un polar tordu qui, outre son intrigue, reconstitue par un jeu habile de flash backs la lente déliquescence d’un couple miné par une tragédie ancienne. Et évoque les affres intimes de la maternité. Comme souvent dans les séries britanniques, le scénario s’intéresse à la vie soudainement bouleversée et malmenée d’une petite bourgade sans histoire."

Le conseil littéraire:

La mort du Soleil de YAN Lianke aux Editions Philippe Picquier.

Un roman fantastique, politique, picaresque et ubuesque qu’aurait certainement adoré Boulgakov l’auteur du Maître et Marguerite. Une fable hypnotique, cauchemardesque et flamboyante porté par le langue obsessionnelle, sinueuse et dantesque de cet écrivain chinois, prose magistralement retranscrite par le talent de sa traductrice Brigitte Guilbaud.

Vos séries préférées ?

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.