Ce soir nous parlerons Famille décomposée, mariage et égarement avec "Une si belle famille" sur Arte, ETA et devoir de mémoire avec "Patria" sur Canal+ et enfin Momies égyptiennes et loi de Murphy avec "Paranomal" sur Netflix .

"Patria" série de Aitor Gabilondo, sur Canal +
"Patria" série de Aitor Gabilondo, sur Canal + © David Herranz / HBO Nordics

"Une si belle famille" sur Arte 

"Une si belle famille" série sur Arte
"Une si belle famille" série sur Arte / Jan Töve

Une mini-série suédoise en quatre épisodes sur Arte , en intégrale sur arte.tv .

Une série que l’on pourrait sous titrer : un mariage, un égarement et pas mal d’emmerdements.

Une si belle famille commence là où prennent généralement fin les belles histoires : autrement dit par un mariage. 

Toute la famille est réunie pour célébrer l’union de deux jeunes femmes qui ont décidé d’unir leur destin pour le meilleur et pour le pire. Certes le père de l’un d’entre elle tarde à arriver et le pasteur a un petit coup dans le nez mais rien ne semble vouloir entacher la cérémonie. Fête que certaines et certains vont prolonger à l’étage, profitant de l’ivresse et du bonheur de cette journée pour s’offrir un petit rendez-vous coquin et acrobatique debout dans la salle de bain contre le lavabo. Point de départ pour le portrait acide et mélancolique, tendu entre comédie acide et tragédie de deux familles qui vont traverser quelques turbulences. 

"Patria" sur Canal +

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Une série espagnole de huit épisodes produite par HBO et diffusée sur Canal+ et MyCanal.

Tout commence par un meurtre. En pleine rue. Sous la pluie. Un coup de feu qui tire Bittori de son assoupissement. Par la fenêtre elle aperçoit le corps de son mari, étendue sur l’asphalte. Sans vie. Vingt ans plus tard, en 2011, alors qu’elle avait quitté la ville du drame, Bittori revient chez elle profitant de la fragile paix et du cessez-le feu instauré entre les membres actifs de l’ETA et le gouvernement espagnol. 

Mais les plaies sont loin d’être refermées. Et le retour de cette femme désormais âgée mais plus que jamais déterminée à découvrir l’entière vérité va raviver haines et tensions au sein de la petite ville. 

Entre série politique sur les années de plomb de l‘Espagne et tragédie familiale, Patria s’immisce dans l’intimité de deux familles autrefois mais et à jamais ennemies, s’attachant à montrer comment els stigmates de ce qu’il faut appeler une guerre civile qui fit près de 850 victimes en cinquante ans et ayant à jamais détruit plusieurs générations de basques et d’espagnols.

Patria est adaptée de la fiction éponyme de Fernando Aramburu disponible chez Babel. Une série qui a provoqué de nombreuses réactions en Espagne, signée Aitor Gabilondo, scénariste et metteur en scène auquel qui a précédemment signé El Principe

Dans les rôles féminins et principaux, la série étant articulée sur deux très beaux personnages de femmes, mères et épouses Elena Irureta actuellement dans Coup pour coup, disponible sur Netflix ainsi que Ane Gabarain vue au cinéma dans le très beau drame 80 jours et dans la comédie noire Mes chers voisins.

"Paranormal" sur Netflix

Une série égyptienne de 6 épisodes .

Cette série nous replonge dans l’Egypte des années 60 et met en scène dans le rôle principal un scientifique dépressif, bougon et misanthrope convaincu d’être depuis toujours le sujet de l’implacable Loi de Murphy, expression choisie et polie pour désigner une indéfectible poisse. 

La preuve : pas une de ses tasses de café qui ne se renverse sur un livre où l’un de ses travaux. Mais ce qui le poursuit réellement c’est le spectre d’une petite fille croisée lors de son enfance croisée dans sa plus tendre enfance et qui semble venir le hanter à nouveau quarante ans plus tard. Un héros dépressif, tiraillé entre la future épouse que lui a choisir sa sœur et un amour de jeunesse, du temps où regrette-t-il il avait des cheveux ? Et qui va devoir renoncer à son esprit cartésien pour enquêter sur des phénomènes paranormaux.

Une série qui débute avec humour et dérision comme un hommage à Tintin et au cinéma d’horreur un peu cheap des années 60 mais qui va s’enfoncer tout au long de six épisodes dans une noirceur et une mélancolie délétères. 

Une série adaptée des livres d’Ahmed Khaled Towkik, développée par Amr Salama et avec dans les rôles principaux Ahmed Amin sorte de cousin égyptien de Woody Allen et Razane Jammal, vue dans le Carlos d’Olivier Assayas et Une histoire de fou de Robert Guédiguian sur Netflix.

Avec nous ce soir pour en parler

Le conseil littéraire

L’accident de chasse un roman graphique de David L Carlson et Landis Blair paru aux éditions Sonatine.

Le livre  a remporté le prix  France Quais des bulles 2020.  

Le point commun qui unit ce roman dessiné et Une si belle famille dont nous venons de parler est justement que l’on ne choisit pas toujours sa famille. Ainsi le découvre le jeune Charlie qui, en 1959, à la suite du décès de sa mère, emménagé à Chicago chez Matt son père. 

Un poète sans succès non voyant et dont la légende veut qu’il ait perdu la vue au cours d’un accident de chasse. Son fils, enfant qui cherche sa place sans la trouver va découvrir qu’il est tout autre. 

Débute un récit à deux voix, le père et son ado qui vont percer les secrets aveuglants du passé du premier pour mieux sécuriser l’avenir du deuxième. 

Une histoire qui se déroule en grande partie en prison, qui croise une figure légendaire du crime et parle d’enferment et de rédemption. Porté par un scénario magnifique qui orchestre avec virtuosité les incessants allers et retour entre présent et passé, vérités et trahison, réalisme et surréalisme.

L’accident de chasse est surtout une œuvre graphique d’une envoûtante beauté sombre. Un dessin a grande majorité travaillé dans le noir et l’obscurité dominante -celle de la cécité du père- pour mieux en souligner les éphémères moments de lumière. Un dessin de la claustration, de l’obsession ainsi que de la descente aux enfers du mental et de la culpabilité. C’est juste magistral et à ne surtout pas louper.

L’effet miroir de Benoît Lagane 

Ou l’actualité racontée par une série, un épisode, un personnage ou une scène culte 

A l'occasion de la journée spéciale de France Inter "Climat : Chaude devant !", focus sur l'épisode spécial de Noël de Fais pas ci, fais pas ça qui sera diffusé sur France 2 le 18 décembre et dans laquelle la famille Bouley tente d'être écoresponsable

La programmation musicale

  • Dani, Dingue
  • Jeanette, Porque te va
  • Tame Impala, Is ti true ?

Les conseils de Noel:

Benoît vous propose le coffret jeu Friends

Marjolaine vous suggère le livres de recettes Downton Abbey

Christine vous conseille  le DVD Chernobyl

Xavier vous suggère le DVD Nick Verlaine

L'équipe
Contact