Cette semaine dans Une heure en série des meurtres atroces et Stephen King dans "The Outsider" sur OCS, des crimes en série et la sécurité intérieure avec "FBI" sur M6 et puis surtout des faux cils et des perruques gigantesques avec "AJ and The Queen" sur Netflix.

"AJ and The Queen" sur Netflix - Saison 1 avec  Izzy G., RuPaul.
"AJ and The Queen" sur Netflix - Saison 1 avec Izzy G., RuPaul. © Beth Dubber/Netflix

"The outsider" sur OCS

Le corps atrocement mutilé d’un jeune garçon a été retrouvé dans une forêt. Tout accuse l’entraîneur de baseball de l’équipe locale. Un homme aimé et respecté de tous. Empreintes, traces ADN, témoins oculaires, vidéos de surveillance… il est forcément le coupable. 

Le flic chargé de l’enquête n’en démord pas. Même s’il sait que le suspect possède un alibi en béton. Il a été vu par de multiples personnes le jour du meurtre à l’autre bout du pays. Un mystère opaque qui ne peut avoir qu’une solution rationnelle ou surnaturelle.

Le pitch d’un épisode de X files traversé par les préoccupations de Stephen King. 

"FBI"sur M6

C’est la toute nouvelle création de Dick Wolf le papa de la franchise Law and order.

La série créée pour CBS se passe à New York et suit un tandem constitué de l’Agent Maggie Bell, et d'Omar Adom dit OA. La première est une enquêtrice wasp et veuve et le second est un enquêteur musulman au passé d’agent infiltré. Il est question de terrorisme, de djihâd, de prostitution, de trafic humain et de suprématisme blanc…. 

Avec Missy Peregryn ( le diable et moi, Van Helsing), Zeeko Zaki ( 24 legacy, Six et Valor).  La deuxième saison est en cours de diffusion aux USA, Déjà un spin off :FBI Mostwanted.

"AJ and The Queen" sur Netflix

10 épisodes créés par Michael Patrick King auteur sur Sex and the city et Will and Grace ainsi que le légendaire Ru Paul l’une des plus fabuleuses drag queens américaines, chanteur danseur et producteur du RuPaul’s drag race dont le but est de rechercher à travers tous les Etats-Unis la Drag la plus excentrique et flamboyante de l’année.

Ruiné, Robert plus connu sous son nom de scène Ruby Reed doit prendre à nouveau la route pour se produire dans des bars gays plus ou moins accueillants aux quatre coins des Etats-Unis. Comme un malheur n’arrive jamais seul, il doit se coltiner une jeune fugueuse de 10 ans au caractère bien trempé et tenter d’échapper à son boyfriend qui a très mal pris que Robert l’ait balancé à la police. 

Ajoutez à ce cocktail déjà relevé une drag en surpoids et aveugle, des flics gays, une inquiétante femme borgne et vous obtiendrez une série flamboyante sur laquelle plane l’ombre bienveillante d’Oprah Winfrey, pétrie de références cinématographiques (Magicien d’oz, Grease) et porté par une bande originale où vous retrouverez sans surprise Cher, Dolly Parton et Tina Turner .

Avec nous ce soir pour en parler :

  • Charlotte Lipinska de Vanity Fair.
  • Benoît Lagane alias le Conteur Cathodique et tous les vendredis à 5h53 pour la chronique "Faim de séries" dans le 5/7 de Mathilde Munos sur France Inter.
  • Isabelle Danel de Bande à Part.fr et auteure de Bluwal, pionnier de la télévision aux éditions Scrinéo.

La programmation musicale :

  • Patrick Watson, Melody noir.
  • Keren Ann et Etienne Daho, La ligne droite.
  • Elton John, I’m still standing.

Le conseil littéraire :

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy chez Belfond .

New York. années 80. James, jeune noir homosexuel le jour se transforme la nuit venue en Lady Prudence. Une flamboyante, merveilleuse et exquise drag queen. La meilleure affirme-t-elle. La quintessence d’une féminité réinventée, envoutante, extatique, unique. De ses débuts entre prostitution et arrières salles de club miteux, elle raconte son ascension. La mode du voguing. Les soirées où l’on croise Madonna, Keith Haring comme RuPaul.

La Pépite inédite :

Fortunate son, une série canadienne diffusée depuis deux semaines sur CBC

Nous sommes à la fin des années 60. La guerre du Vietnam bat son plein. Pacifiste convaincue, Ruby Howard, mère de famille militante, épaulée par un jeune pasteur latino, fait passer en secret la frontière camado-amériaine à de jeunes déserteurs qui entent de fuir l’enfer des combats. Un soir elle accepte à contrecoeur une mission qui tourne mal. Deux policiers sont blessés et notre héroïne n’a d’autre choix que de recueillir sous son toit un jeune appelé instable et visiblement dépendant  à la drogue. Sa famille accepte tant bien que mal le nouvel arrivant. Mais ce tous ignorent, c’est que le soldat joue double jeu, travaillant malgré lui pour la CIA depuis qu’une de ses missions au Vietnam s’est achevée par un carnage. Point de départ d’une série dont les premiers épisodes sont plus que prometteurs et qui  reconstituent l’ambiance très particulière de cette époque.

Le plateau télé:

Sexe éducation, saison 2 sur Netflix et Easy sur Netflix.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.