Ce soir, dans Une heure en séries nous parlerons tragédie française et divan de psy avec "En Thérapie", tragédie en pleine mer et thriller marital avec "The Sounds" et drames intimes et société turque avec "Bir Baskadir".

L'acteur Frédéric Pierrot dans la série "En Thérapie" sur Arte arte TV.
L'acteur Frédéric Pierrot dans la série "En Thérapie" sur Arte arte TV. © Carole Bethuel

Avec ce soir :

"En Thérapie" sur Arte arte TV 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En thérapie sur Arte.tv depuis le 28 janvier et du 4 février au 18 mars tous les jeudis sur Arte

Une série française de 35 épisodes de 26 minutes

Nous sommes à Paris en novembre 2015 au lendemain des attentats terroristes du Bataclan. La série se déroule en majeure partie dans le huis clos du cabinet d’un analyste qui semaine après semaine, à heure fixe ou presque, reçoit cinq patients. Une chirurgienne qui fait en première ligne de la récente tragédie et qui fait un transfert très obsessionnel sur son thérapeute, un agent du BRI qui derrière sa force et sa virilité forcée cache de moins en moins bien le traumatisme qu’il a subi lorsqu’il est intervenu au Bataclan Il y a également une jeune nageuse promise à un bel avenir mais sujette à une conduite autodestructrice dont elle refuse de prendre conscience. Et enfin un couple déchiré qui s’interroge sur le désir un brin désespéré de faire un enfant. Autant de traumas à cœur et mental ouverte qui vont amener notre psy, qui lui-même traverse une crise maritale, à renouer avec une de ses collègues avec laquelle il a rompue les liens depuis plus de 12 ans.

En thérapie, une série adaptée de la série israélienne BeTipul signée Hagai Levi qui sauf erreur de ma part en est à sa 17ème transposition. 

Une série initiée par Yaël Fogiel, Laetitia Gonzalez, Eric Toledano et Olivier Nakache et dont les scenarii sont signés David Elkaïm, Vincent Poymiro, Pauline Guéna, Alexandre Manneville, Nacim Mehtar et Eric Toledano et Olivier Nakache. Si je tiens à la citer tous et j’espère n’avoir oublié personne c’est pour souligner l’exceptionnelle qualité de l’écriture, la précision de ses mots, l’intelligence formelle et dramaturgique de de son approche. 

Des qualités d’écriture optimisées par la mise en scène précise et inspirée de Eric Toledano, Olivier Nakache, Mathieu Vadepied, Pierre Salvadori et Nicolas Pariser. Car il fallait bien cette conjugaison de talents pour donner un exceptionnel souffle de vie à cette série qui aurait pu être théorique et figée. Ce qu’elle n’est jamais. Grâce enfin à un casting époustouflant où là encore je citre une majeure partie de la distribution : Frédéric Pierrot, Carole Bouquet, Mélanie Thierry, Reda Kateb, Clémence Poésy, Pio Marmaï, Céleste Brunnquell et Elsa Lepoivre.

Aller plus loin sur la série "En Thérapie"

"The Sounds" sur 13ème rue

"The Sounds" série néo-zélandaise de huit épisodes disponible depuis le 24 janvier

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Méfions-nous des apparences. Telle pourrait être la morale de ce thriller se déroulent dans le décor idyllique d’une petite île paradisiaque de Nouvelle Zélande. En débarquant dans cette petite ville portuaire, Maggie croit rêver. Le paysage est sublime et son mari qu’elle est venue rejoindre terriblement sexy et amoureux d’elle. Mais les nuages vont vite s’accumuler au-dessus de ce fragile bonheur. 

La pêcherie que Tom veut ouvrir pour offrir des emplois aux autochtones connaît de sérieux problèmes au démarrage. La riche famille canadienne de Tom voit d’un très mauvais œil son mariage et surtout les activités altruistes de son rejeton. 

Mais tout se précipite lorsque Tom disparait après une virée en mer. Dès lors les sombres mystères de la petite communauté de pêcheurs ressurgissent. Parmi lesquels un meurtre sordide dont avait été victime autrefois une jeune adolescente. Pour Maggie c’est le début d’une éprouvante descente aux enfers. Qui était vraiment Tom ? Quels secrets a-t-il emporté avec lui ? Pourtant la jeune femme refuse de se décourager et va chercher à tout prix à concrétiser le projet de son époux. 

Faux semblants, mensonges, manipulations et coups de théâtre sont au menu de The Sounds, un polar ensoleillé mâtiné de soap funèbre. Une série créée par Sarah-Kate Lynch avec Rachelle Lefevre (vue dans Under the dome) et Matt Whelan qui était au générique de Narcos. 

"Bir Başkadır" sur Netflix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Bir Başkadır" ou "Ethos" qui signifie coutume en grec, une série turque de huit épisodes

Une première saison que l’on aimerait être suivie d’autres, tant cette série, mais vous me direz ce que vous en pensez, est pour moi une des meilleures découvertes de cette année. 

Tout commence lorsque Meryem, jeune femme voilée habitant à la campagne avec son frère et sa belle-sœur dépressive pour une raison tragique se rend chez une psy pour tenter de comprendre les origines de ses nombreux et spontanés évanouissements. 

Entre la jeune femme et la thérapeute tout ne se passe pas comme prévu. Si la patiente découvre le poids libérateur de la parole, expérience de vie dont elle avait été privée jusque-là, la psy s’avère un rien agacée par cette femme croyante dont le voile la dérange. A partir de ces deux personnages féminins et selon le principe cyclique de la ronde de Schnitzler, nous allons découvrir d’autres figures, femmes et hommes. Parmi lesquels la psy de la psy, le patron citadin de Meryem et ses nombreuses maîtresses dont une star de la télévision ou encore un hodja et sa fille homosexuelle. 

Un scénario en forme de panoramique qui élargit peu à peu le cadre de sa représentation de la société turque. Société contrastée, complexe, diverse, auscultée ici sous les angles laïques, religieux et psychanalytique. Une ‘ronde’ de la diversité et de la pluralité de la condition de la femme, juste passionnante qui ne milite pour aucun courant de pensée dominant mais construit un tableau sans clichés ni idées toutes faites d’une Turquie contemporaine écartelée entre diverses aspirations et contradictions.

Bir Baskadir rencontre un énorme succès dans son pays d’origine et fait l’objet de nombreux débats contradictoires. C’est une création de Berkun Oya, dramaturge, metteur en scène de théâtre et réalisateur qui signe ici le scénario et la mise en scène. Deux réussites conjointes et remarquables. Avec dans les rôles principaux les excellentes Oyku Karayel dans la peau de Meryem, et Defne Kayalar qui interprète sa psy ainsi que Fatih Artman qui endosse le personnage tout aussi torturé du frère de l’héroïne.

Conseil de lecture : 

Bonjour Pà d’Ariane Ascaride (Seuil) 

C’est le temps du premier confinement. Celui du mois de mars dernier où le soleil luisit sur les rues désertes de nos grandes villes désertées par l’humain et où des animaux hagards redécouvraient à notre place les monuments de notre patrimoine. 

Un temps où nous étions chez nous à dévorer matières grasses et séries. Un temps qu’il fallait apprendre à dompter pour ne pas sombrer. 

La comédienne Ariane Ascaride en profite pour écrire à son père disparu. Un journal intime et partagé à cet être qui lui manque et auquel elle confie ses réflexions, de ses doutes, ses frustrations, ses craintes pour le monde d’après mais aussi ses rêves de voir enfin notre société mercantile et repliée sur elle-même d’aller vers un avenir meilleur. 

D’une plume tendre et incisive, elle partage avec lui et avec nous ses pensées et rend son texte universel. D’une beauté solaire qui tient la mélancolie à distance mais finit parfois, au détour d’une phrase, par l’accueillir pour mieux la dompter et en faire une compagne de voyage. 

L’effet miroir de Benoît Lagane 

Ou l’actualité racontée par une série, un épisode, un personnage ou une scène culte 

La programmation musicale :

  • Lliona : Moins Jolie
  • Seaford Mods : Nudge
  • Altin Gun : Leyla 

Le plateau télé : 

Isabelle vous conseille Enlightened sur Ocs et 

Ava vous suggère Flight the Conchords sur Ocs également

Programmation musicale
L'équipe
Contact