Cinq ans après la révolution du 25 janvier 2011, où en sont les tentatives égyptiennes pour récupérer l’argent caché d'Hosni Moubarak et des siens en Suisse. Nulle part mon capitaine. Pourtant, la Suisse a montré de la bonne volonté : elle a gelé les avoirs d’une vingtaine de cadres du régime (590M$ tout de même) et… elle a attendu que l’Egypte fasse sa part du boulot. Et c’est bien là le problème. L’Egypte n’a pas fait grand chose. Voire rien, à part accuser la Suisse de manoeuvres procédurières. En fait, cette histoire d’argent planqué est surtout le signe que la révolution est bien finie et la reprise en marche. Y compris en décidant d’oublier les millions cachés d’Hosni Moubarak...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.