Vous savez comme on dit, aux USA : "Be afraid, be very afraid", qu'on pourrait traduire par « Tous aux abris » ou encore « C'est à faire peur ».

Une jeune partisane écoute un discours d'Hillary Clinton à l'Université de Californie Riverside
Une jeune partisane écoute un discours d'Hillary Clinton à l'Université de Californie Riverside © Reuters / Lucy Nicholson

Les derniers sondages nationaux sont en effet assez effrayants pour Hillary Clinton. Il ne lui donne plus que deux petits points d'avance au niveau national et uniquement lorsque les sondeurs testent la question binaire : Trump ou Clinton. Ça donne 46% pour Hillary et 44% pour Donald.

La réalité, c'est qu'il y a non pas deux mais quatre candidats - on l'oublie toujours... Mais lorsqu'ils testent ces sondeurs avec les quatre candidats, ça donne 8% pour le libertarien Gary Johnson, 4% pour l'écolo Jill Stein et... une parfaite égalité entre les deux principaux candidats : 42%.

Et le pire est encore à venir.

En ayant en tête que l'élection présidentielle américaine est avant tout une élection Etat par Etat, il faut donc regarder les Etats dit «embattled », c'est-à-dire les Etats qui peuvent basculer d'un côté ou de l'autre. Et là aussi, c'est un peu la catastrophe côté démocrate....

  • Dans l'Ohio, État ouvrier, industriel, Donald Trump a une avance de 5 points sur Hillary Clinton.
  • En Floride, État qui vote beaucoup parce que la population y est plus âgée : Trump mène de 3 points.
  • Et même dans le Nevada ou le Maine, plus enclins à soutenir l'ex-première dame, son avance ne cesse de s'amenuiser.

Un seul chiffre à retenir : Hillary avait début août 8 points d'avance, avec 2 points d'avance aujourd'hui, on est dans la marge d'erreur.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.