Ce n’est pas facile tous les jours la vie de palace et de milliardaire…

Surtout lorsqu’on est un cheikh qatari ! L’histoire de ce soir pourrait presque être racontée à un enfant avant d’aller se coucher. Alors, si vous le permettez, je vais commencer, comme pour tous les contes par : « il était une fois ».

Il était une fois un prince et une princesse venue d’un lointain royaume arabe. En l’occurrence, l’ancien souverain du Qatar et sa souveraine d’épouse. Le Sheikh Hamad ben Khalifa Al Thani et la sheikha Mozah.

En 2013, le couple royal qatari achète non loin de Westminster, sur Regent’s Park, trois petits manoirs contigus pour la bagatelle de 150millions d'euros. Mais le mieux est à venir : rassembler ces trois bâtisses en un immense palais d’un seul tenant de 3 000 m2 !

Et comme rien n’est trop beau pour ces princes qataris, la crème de la crème des architectes d’intérieur s’est mise au travail pour imaginer le palais des mille et une nuits qu’ils méritent : spa, piscine chauffée, salon de beauté, salle de jeux pour les enfants, salle de massage, ascenseurs et gymnase. Mais aussi marbre de Carrare partout, jardins à l’italienne en plein Londres. 17 chambres, 14 salons et le tout sur 3 niveaux.

Mais c’était compter sans un petit fonctionnaire du service d’urbanisme de la mairie de Londres, un certain Matthew Rees. Vous ne le connaissez pas ? Depuis hier, toute la famille royale qatarie a appris son nom !

Tout bonnement, parce que ce petit fonctionnaire de rien du tout a dit NON. Non, il n’accorderait pas le précieux permis de construire à 265M€ - c’était le prix des travaux pour le fabuleux palais. Et non, c’est non, définitivement !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.