Il était une fois un jeune loup qui vivait dans la forêt avec son père et ses trois frères. Un soir, alors que Papa Loup avait passé deux heures aux fourneaux à faire mijoter le lapin qu’il avait attrapé plus tôt dans la journée, il appela la meute de sa grosse voix d’Alpha. Pendant que ses frères se bagarraient pour s’octroyer les plus juteux morceaux, Petit Loup garda les lèvres pincées, la tête baissée, essayant de se faire le plus discret possible. Si les choses se passaient comme à l’accoutumée, cela ne lui serait pas très compliqué : dans cette famille, il avait souvent le sentiment d’être invisible.

L'auteur

Aussi loin qu’elle se souvienne, Aurélie Valognes a toujours voulu être romancière. Alors qu’elle savait à peine lire, elle l’avait annoncé avec aplomb à sa grand-mère, Mémé. C’est à l’approche de ses 30 ans que tout a changé : le jour où elle a accepté de suivre son mari à l’étranger. C’était le grand saut dans le vide : l’auteure du best-seller "Mémé dans les orties" a démissionné et a embarqué dans ses bagages une foule d’incertitudes. Mais, loin de son pays, c’était pour elle aussi plus simple de repartir d’une page blanche, de se réinventer, sans avoir peur d’être jugée. L’essentiel de ce qu’elle sait et de ce qu’elle est, elle le doit aussi à la littérature qui l’a fabriquée. Les livres jouent donc un rôle important dans son inspiration, mais pas prépondérant. En réalité, c’est l’observation de la vie qui la nourrit le plus : sa famille, ses enfants, ses amis, les films, les journaux, les inconnus comme dans "La cerise sur le gâteau" son cinquième ouvrage où l'on découvre Bernard et Brigitte, trente-sept ans de vie commune, qui se retrouvent à la retraite, mais ce passage de la vie active à une vie totalement différente déboussole Bernard. Un roman qui se lit d’une traite, et qu’on peut ensuite prêter à ses grands-parents comme à ses enfants.

Écoutez "Le loup qui préférait les carottes"

C'est l'histoire de Petit Loup qui pinaille sur le lapin aux olives que lui a préparé Papa Loup parce que, tout simplement, il n'aime pas la viande. Parce que Petit Loup n’est pas un loup comme les autres, pas comme ses frères, ni comme son père. Il est différent. Un jour, Petit Loup s'est assoupi quelques heures, devant son assiette. Comme son ventre criait famine, il est allé dans la forêt chercher quelques baies ou fruits (qu'il dévorait en cachette depuis très longtemps) et dans l'obscurité profonde, il a rencontré un lapin…

L'équipe

  • Producteur délégué : Léonard Billot
  • Réalisation : Lola Costantini
  • Mixage : Vincent Godard