Il était une fois, sur une île lointaine, un petit garçon appelé Reiko. Cette île se situait tout au bout du monde, là où la mer s’arrête, là où les montagnes ouvrent sur le vide et les étoiles. La vie était rude sur l’île et les ressources y étaient rares. C’est pour cela que les parents de Reiko avaient décidé de se rendre sur le continent, pour trouver du travail dans la grande ville. Chaque mois, ils envoyaient un peu d’argent à Roni et Maya, leurs voisins, à qui ils avaient confié leur fils. Ils se tuaient à la tâche et espéraient rentrer le plus vite possible.

L'auteur 

Née au début des années 80 au Maroc, Leïla Slimani grandit à Rabat où elle étudie au lycée français. Ses parents parlent français à la maison, si bien qu'elle parle mal l'arabe. Elle reçoit une éducation qu'elle qualifie de progressiste. "Nos parents nous ont toujours dit, à mes sœurs et moi, que notre corps nous appartenaient, qu'on avait le droit d'en disposer comme on voulait. Et, en même temps, qu'on n'avait pas le droit de se promener avec un homme. Allez comprendre." 

Après le bac, ses parents l'envoient à Paris. A 17 ans, elle entre en hypokhâgne, puis à Science Po. Elle est tentée un temps par le cinéma et fréquente le Cours Florent. Lucide, elle se considère comme une "comédienne médiocre" et se tourne alors vers le journalisme.

Après quatre années au magazine Jeunes Afrique, elle choisit de se consacrer à l'écriture. Après un premier roman, Dans le jardin de l'ogre (Gallimard, 2014), dont le sujet, l'addiction sexuelle féminine, lui a été inspiré par l'affaire DSK, son deuxième roman, Chanson douce (Gallimard) est couronné par le prix Goncourt en 2016

Lorsqu'on l'interroge sur ses influences (Bibliobs - Novembre 2017), elle parle de Tchekhov, qui "aime ses personnages" et "ne les juge jamais". Stefan Zweig, qu'elle aime tellement qu'elle est partie sur ses traces lors d'un voyage en Europe de l'est et Milan Kundera qu'elle citait en exergue de son premier roman.

Ecoutez "Reiko et l'Ourson"

Il était une fois, sur une île lointaine, un petit garçon appelé Reiko. Cette île se situait tout au bout du monde, là où la mer s’arrête, là où les montagnes ouvrent sur le vide et les étoiles. La vie était rude sur l’île et les ressources y étaient rares. C’est pour cela que les parents de Reiko avaient décidé de se rendre sur le continent, pour trouver du travail dans la grande ville. Chaque  mois, ils envoyaient un peu d’argent à Roni et Maya, leurs voisins, à qui ils avaient confié leur fils. Ils se tuaient à la tâche et espéraient rentrer le plus vite possible.

L'équipe

  • Producteur délégué : Léonard Billot
  • Réalisation : Lola Costantini
  • Mixage : Lucas Vaillant