Une association développe les infrastructures d’un village initialement habité par des malades de la lèpre près de Bouaké, en Côte d’Ivoire. Raffierkro est devenu au fil des années un véritable village, avec son école, son marché et ses maisons, approvisionnées en eau et en électricité. Alors qu’il n’accueillait en 1963 qu’une dizaine de malades de la lèpre, ce village ivoirien, situé au sud-est de Bouaké, compte à l’aube de son cinquantième anniversaire plus d’un millier d’habitants.Son développement doit beaucoup à l’impulsion d’un homme, dont il a d’ailleurs pris le nom, le docteur Gilbert Raffier. Originaire du Limousin, cet ancien médecin militaire spécialiste des maladies tropicales a passé près de la moitié de sa vie en outre-mer et en Afrique. Lorsqu’il est arrivé en Côte d’Ivoire, dans les années 1960, il a été choqué par les conditions de vie des lépreux. « Quand on dépistait un malade de la lèpre en ville, on l’amenait en brousse et on l’abandonnait. ». Maladie faiblement contagieuse proche de la tuberculose, qui cause une perte des tissus sur les doigts ou les mains, la lèpre a souvent été crainte par les populations en raison des dégâts spectaculaires qu’elle provoque sur le corps humain. « À l’époque, la lèpre ne se guérissait pas », témoigne le docteur Raffier. Lorsqu’il découvre les lépreux abandonnés dans la brousse, il décide de transformer un asile en léproserie, pour y soigner et loger dignement les malades.Petit à petit, Gilbert Raffier fait construire des maisons et des infrastructures pour accueillir les familles des lépreux. Dernier accomplissement en date, une école maternelle. Le village s’est aussi doté en 2007 d’un barrage hydro-agricole qui a permis d’améliorer de façon considérable les rendements, de riz entre autres. L’association Raffierkro ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et s’emploie à développer la culture de la spiruline, une graine à haute teneur en vitamines et acides aminés.Hélène FarguesContact : Docteur Gilbert Raffier, « La Boissière », 260 chemin du Puits-Neuf, 13480 Cabriès. Tél. : 04.42.22.06.30.

Une idée pour agir

« Mettre en avant des projets, des initiatives qui changent le quotidien … en mieux ! »

En partenariat avec La Croix 

La croix
La croix © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.