"L’association caritative fondée par le P. Wasson se mobilise depuis le séisme du 12 janvier 2010 « Si nous voulons changer le monde, commençons par changer le cœur des enfants. » Cette devise du prêtre catholique américain William Wasson, fondateur de Nuestros Pequenos Hermanos, perdure aujourd’hui encore à travers son association aux ramifications mondiales. Fondée en 1954 au Mexique, l’organisation s’est implantée en France en 1995 sous le nom de Nos Petits Frères et Sœurs. Cette dernière a décidé de soutenir l’œuvre de la branche internationale, une « mission chrétienne qui s’efforce de donner une famille et un foyer permanents aux enfants orphelins et abandonnés ». Avant son décès en 2006, le fondateur avait déjà ouvert des orphelinats dans neufs pays d’Amérique latine, en République dominicaine et en Haïti. Dans ce pays, Nos Petits Frères et Sœurs a été particulièrement active après le séisme de 2010. Sous l’égide du P. Richard Frechette (« Rick »), directeur des services médicaux de l’hôpital Saint-Damien, les équipes ont multiplié les mesures d’accueil des enfants réfugiés dans les camp, servi des milliers de repas, proposé des activités. Grâce aux dons, de nombreuses actions ont été mises en œuvre en faveur de l’hébergement, de l’aide alimentaire, de la scolarisation, des soins médicaux et de la distribution d’eau potable, notamment pour faire face au choléra, qui a touché le pays après la catastrophe. Au-delà d’Haïti, 40 000 enfants sont pris en charge aujourd’hui par l’association, nourris, habillés, soignés et éduqués. « L’éducation sortira tous mes enfants de la pauvreté dans laquelle ils sont nés », disait le P. Wasson. Dans chaque orphelinat, la notion de famille est extrêmement importante et le principe est de ne jamais séparer les fratries." par MORGANE PELLENNECContact  : Nos Petits Frères et Sœurs, 8, rue des Prés-Saint-Martin, 77340 Pontault-Combault.

Tél. : 01.60.34.33.33. http://nospetitsfreresetsoeurs.org

Une idée pour agir « Mettre en avant des projets, des initiatives qui changent le quotidien … en mieux ! » En partenariat avec La Croix

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.