Avec l’opération « Un jour, une œuvre », c’est l’art qui vient à la rencontre du public. Samedi prochain à Cergy, dans le Val-d’Oise, le peintre Hervé Di Rosa viendra présenter son grand tableau Diropolis au centre commercial des Trois-Fontaines, devant un public qui, dans sa majorité, n’a sans doute jamais vu « en vrai » une œuvre d’art, ni rencontré un artiste. Cette opération, baptisée « Un jour, une œuvre », est organisée par le Centre Pompidou avec la Direction des affaires culturelles d’Île-de-France afin de toucher des personnes éloignées du musée. Dans le même esprit que le Centre Pompidou mobile qui se déploie en province, le principe consiste à montrer des œuvres importantes des collections. Avec, cette fois, un atout original : la présence de l’artiste, qui commente son travail et répond aux questions des visiteurs. « Ils sont très touchés de découvrir une œuvre originale et non une reproduction, de préférence une peinture qui, pour eux, continue à incarner le mieux l’art. Et les artistes jouent vraiment le jeu pour amorcer le dialogue », constate Michel Gauthier, conservateur en charge de cette initiative. Lancée en 2011, l’opération « Un jour, une œuvre » a déjà fait étape au Perreux et à Orsay en compagnie du peintre Gérard Fromanger, à Saint-Maur-des-Fossés avec Bernard Rancillac, à Sceaux avec Robert Combas, à Enghien avec Claude Viallat, à Montreuil avec Gérard Garouste. Ici face à des élèves d’un lycée technique, là devant des femmes africaines, ailleurs au milieu de fans qui ne voulaient plus quitter Robert Combas. « Souvent les discussions se prolongent bien au-delà de l’horaire prévu », se réjouit Michel Gauthier, en songeant, par exemple, à cet élève qui, passionné par la peinture de Rancillac, est venu lui soumettre des dessins inspirés de son œuvre. En lien avec des enseignants ou des associations locales, ce premier contact permet d’amorcer des visites au Centre Pompidou. L’objectif, cette année, est aussi de toucher des publics plus défavorisés, comme bientôt à Clichy-sous-Bois. Une escale dans une prison francilienne devrait même avoir lieu dans les prochains mois. SABINE GIGNOUX

Une idée pour agir

« Mettre en avant des projets, des initiatives qui changent le quotidien … en mieux ! »

En partenariat avec La Croix

La croix
La croix © Radio France

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.