Deux ans après le tremblement de terre, le centre scolaire Alcibiade-Pommayrac, à Jacmel,accueille à nouveau des centaines d’enfants. Il est de bon ton, en Haïti, de se plaindre de la lenteur de la reconstruction après le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010. Tout ne fonctionne pourtant pas au ralenti sur l’île sinistrée. À titre d’exemple, il a fallu moins de deux ans pour reconstituer le centre scolaire Alcibiade-Pommayrac, situé sur la commune de Jacmel, laquelle fut gravement endommagée par le séisme. En quatorze mois, l’école secondaire a été restaurée, le réfectoire et les bureaux rénovés. Sur les ruines de l’école primaire, 13 modules préfabriqués de 70 m2 sont sortis de terre en quatre mois pour accueillir 500 enfants. « L’essentiel du matériel de construction provient de l’île, assure l’architecte Christian Dutour. L’ossature métallique et les frises ont été fabriquées à partir de la ferraille locale. Il s’agit de bâtiments légers, dotés de toitures contre le vent, répondant aux normes antisismiques. » Le centre Alcibiade-Pommayrac est l’un des établissements les plus réputés d’Haïti. Composé d’un jardin d’enfants, d’une école primaire et secondaire, il scolarise 752 enfants issus, pour certains, de familles pauvres. Les élèves y passent les examens nationaux, mais préparent aussi en option le baccalauréat français avec un taux de réussite de 100 %. Cet établissement de droit haïtien a été créé en 1976 par la Française Véronique Rossillon, héritière de la famille Seydoux-Schlumberger. L’organisation qu’elle préside, l’Association franco-haïtienne pour l’éducation et la culture (Afhec), assure le financement du groupe scolaire. C’est encore l’Afhec qui a déboursé 45 % des fonds, estimés à 1 million d’euros, pour la reconstruction des bâtiments. Le reste de la somme a été alloué par la Fondation de France. « C’était un projet rapide, réaliste, sûr, remarque le directeur de la Fondation de France, Francis Charhon. Les programmes de reconstruction à petite échelle avancent bien en Haïti, même s’ils sont peu visibles. » par OLIVIER TALLÈSAssociation franco-haïtienne pour l’éducation et la culture (Afhec) :

11, rue Las-Cases, 75007 Paris. Tél. : 01.47.05.23.43.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.