Cinq associations étrangères ont reçu le 10 décembre le prix des droits de l’homme de la République française. « La Croix » présente leurs actions. Aujourd’hui : à Dacca. "Fondée en 1999 au Bangladesh, l’Acid Survivors Foundation (ASF) défend les victimes d’attaques à l’acide et dénonce inlassablement le fléau de ces agressions visant à punir des femmes jugées insoumises. Ces violences frappent parfois des enfants, parce que les bébés dormant près de leurs mères reçoivent une partie des jets d’acide lancés contre elles dans leur sommeil. « Les attaques à l’acide ont longtemps été un sujet caché au Bangladesh », explique Monira Rahman, directrice de l’ASF. L’action de cette association, qui a recensé 3 500 victimes en dix ans, les soutiens internationaux qu’elle a reçus, lui ont permis de pousser à l’adoption d’une loi dans son pays punissant les agresseurs, car « l’impunité est le plus gros problème ». Le Bangladesh a pénalisé les attaques à l’acide en 2002. Des personnalités ont marqué leur soutien à l’ASF, qui emploie aujourd’hui 50 personnes – la moitié sont des survivantes – et a ouvert un hôpital de vingt lits à Dacca, la capitale, où 600 personnes reçoivent des soins.... " par NATHALIE LACUBE www.acidsurvivors.orgDEMAIN : Au Malawi, la protection des plus vulnérables.

Une idée pour agir

« Mettre en avant des projets, des initiatives qui changent le quotidien … en mieux ! »

En partenariat avec La Croix

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.