"Cinq associations étrangères ont reçu le 10 décembre le prix des droits de l’homme de la République française. La Croix présente leurs actions. Aujourd’hui : l’ANPPCAN. Fondé en 1999, le Réseau africain pour la protection des femmes et des enfants victimes de violences (ANPPCAN) plaide pour une meilleure prise en compte des droits des femmes, des enfants, ainsi que de toutes les personnes vulnérables. Venu à Paris recevoir le prix des droits de l’homme, le président de l’ANPPCAN au Malawi, Kenwilliams Mhango, explique que près de 15 millions de personnes ont besoin d’aide dans son pays. L’ANPPCAN mène des projets, en ville et dans les zones rurales, en liaison avec plusieurs pays africains, voisins ou plus lointains. Les femmes sont au cœur des campagnes de l’ONG. « Les veuves sont parmi les plus fragiles : du jour au lendemain, on leur vole leurs maisons, leurs biens, leurs terres, et elles ont besoin d’une protection pour pouvoir élever leurs enfants sans qu’ils finissent dans la rue », explique Kenwilliams Mhango. Cet ancien président du congrès des syndicats, devenu conseiller du président du Malawi avant de fonder l’ANPPCAN, évoque le besoin de tolérance. Dans ce pays d’Afrique australe, les albinos sont souvent persécutés en raison de superstitions, les enfants qui travaillent sont exploités, des femmes portant un pantalon se font frapper… L’homophobie, quant à elle, fait d’autant plus de ravages au Malawi qu’elle est criminalisée par les autorités de l’État, même si un projet de loi déposé début décembre vise à la dépénaliser...." NATHALIE LACUBE contact : www.anppcan.org DEMAIN : La défense des migrants en Jordanie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.