L’association Les halles de Rabelais distribue des paniers repas aux plus nécessiteux. Alors qu’environ 45 000 étudiants vivraient sous le seuil de pauvreté en France, selon l’Insee, à Tours, l’association Les halles de Rabelais s’emploie à venir en aide aux plus fragiles. À sa création, il y a trois ans, ce ne devait être qu’une expérience ponctuelle dans le cadre d’un programme pédagogique. Mais la précarité des étudiants étant en forte hausse, son action est appelée à s’enraciner. Les bénévoles des Halles de Rabelais distribuent tous les 15 jours des paniers repas aux étudiants dans le besoin – le plus souvent étrangers – contre un euro symbolique. Pour répondre à cette cadence, une journée de collecte sera organisée courant février. L’an dernier, elle avait permis de récolter 250 kg de nourriture qui ont profité à une centaine de personnes. La banque alimentaire livre aussi chaque mois 400 à 450 kg de denrées alimentaires ainsi que des produits de première nécessité, tels que des couches pour une jeune maman étudiante. Trois assistantes sociales du Clous (centre local des œuvres universitaires et scolaires) sont chargées de valider l’inscription de ceux qui frappent à la porte des Halles. Pour Marjorie Durand, la présidente de l’association, étudiante en licence de droit, la demande pourrait être bien supérieure, mais « faute de temps, tous les dossiers ne peuvent être traités ». Et les étudiants ne connaissent pas suffisamment ce dispositif, subventionné en grande partie par l’université François-Rabelais à hauteur de « plusieurs milliers d’euros ». Dans quelques semaines, un site Internet sera disponible, ce qui permettra à l’association de « gagner en visibilité ». Marjorie Durand espère aussi trouver un nouveau local en centre-ville pour ouvrir une épicerie sociale où les denrées seraient accessibles aux étudiants à petits prix. par Xavier Renard (à Tours) Contact : leshallesderabelais@univ-tours.fr et plus d’info avec univ-tours.fr

Une idée pour agir en partenariat avec La Croix

La croix
La croix © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.