Une municipalité a sélectionné trois jeunes qui s’activent auprès de populations défavorisées en échange d’un logement. Il y a quelques mois le département affaires sociales de la ville de Rivas Vaciamadrid, au sud-est de la capitale espagnole, a monté un projet original : offrir le loyer d’un appartement en échange d’un travail de volontaire dans plusieurs activités socio-éducatives de la ville. Les services sociaux municipaux s’étaient rendu compte de la présence d’un grand nombre d’étudiants dans leur ville et de problèmes de relations et de cohabitation dans l’un des quartiers. Dix-huit jeunes se sont présentés pour une formation de volontariat et de médiation. Trois ont été sélectionnés. Carla, Ana et Isaac vivent donc sous le même toit depuis la fin novembre, ne paient que la lumière, le chauffage, le téléphone et l’eau, tandis que la mairie subventionne le loyer du logement social. « Ils compensent ensuite par leur capacité intellectuelle », explique Pedro del Cura, adjoint coordinateur des affaires sociales à la mairie. Ils s’intègrent comme volontaires dans des projets déjà en place. Carla, 24 ans, a déjà un autre travail, auprès de mineurs migrants, dans une autre ville. Mais il ne l’occupe que quelques heures. « Ce salaire ne me permettait pas de partir de la maison de mon père, explique-t-elle. Je n’y pensais même pas, la banque m’avait refusé un prêt même avec l’aval paternel. Le projet de Rivas Vaciamadrid m’aide beaucoup. Nous travaillons dans le quartier où nous vivons et développons des réseaux d’aide. » À raison de quinze heures hebdomadaires, elle s’occupe de l’alphabétisation de femmes. Ana, 21 ans, étudiante, participe à un atelier de théâtre, et Isaac, mécanicien en aviation, est en charge d’enfants en situation de risque social. « Nous avons préféré commencer de manière modeste, avec la crise, tout le monde semble penser avec sa calculatrice mais nous pouvons compenser en pluralité sociale. Une fois le bilan de ce projet réalisé, nous verrons quelle nouvelle initiative nous lancerons », assure Pedro del Cura. par Valérie Demon (à Madrid)http://www.rivasciudad.es

Une idée pour agir en partenariat avec La Croix

La croix
La croix © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.