La journée particulière de Chantal Thomas se passe à Venise, un cadre idéal pour évoquer, au micro de Zoé Varier plusieurs des grandes passions de l'écrivaine : cette ville, mais aussi Casanova, Hugo Pratt, Corto Maltese et, surtout, la nage.

C'est en 1997, année de cette photo, que se déroule, à Venise, la "journée particulière" de Chantal Thomas
C'est en 1997, année de cette photo, que se déroule, à Venise, la "journée particulière" de Chantal Thomas © Getty / Sophie Bassouls

En janvier 2021, Chantal Thomas était la dixième femme élue à l'Académie française. Romancière, essayiste, universitaire, historienne spécialiste du 18ème siècle, elle est aussi une voyageuse, une nomade, une grande nageuse, presque une aventurière, même si elle s'en défend tout en trouvant cette idée « charmante ». En janvier 2021, également, Chantal Thomas publiait, au Mercure de France, son nouveau livre, voyage dans l'intimité et la mémoire : De sable et de neige.

Venise et la montée des eaux

Chantal Thomas a choisi pour « Journée particulière » un jour du printemps 1997 qui commence par son arrivée, par le train de nuit, en gare de Venise. Pour ce séjour, l'écrivaine ne choisit pas un hôtel mais s'installe dans un appartement dans le ghetto, conseillé par son éditrice de l'époque, Lidia Breda. C'est ainsi avec un sentiment d'appartenance et celui d'une transmission par l'amitié qu'elle part à la rencontre de la ville ce jour-là. À la fin de la journée, alors qu'elle dîne dans un restaurant sur les traces d'Hugo Pratt, un événement étonnant la surprend au milieu de son dessert. Un homme en cuissardes entre dans le restaurant et lui fait savoir que les eaux sont en train de monter : c'était l'acqua alta, totalement imprévue.

C'était incroyable. J'ai enlevé mes chaussures et, pour la première fois, j'ai foulé, nu-pieds et dans l'eau, le sol de Venise. J'ai eu le sentiment d'un pacte incroyable avec la ville.

La nage comme un art de vivre

En musardant dans Venise, Chantal Thomas marche dans les pas de son ami Hugo Pratt et de Corto Maltese, Giacomo Casanova, auquel elle a consacré un ouvrage, surgit lorsqu'elle traverse la place Saint-Marc. Quand elle regarde le ciel, elle pense au peintre Giambattista Tiepolo et, le soir, en rentrant chez elle, elle retrouve Marcel Proust et sa Recherche du temps perdu qui la suit dans tous ces voyages. Un autre personnage l'accompagne également à Venise, c’est le poète britannique Lord Byron qui y vécut trois années au début du 19éme siècle. Lord Byron partage par ailleurs avec Chantal Thomas une passion : celle de la nage, au cœur de son livre Souvenirs de la marée basse.

Il y a dans la nage le plaisir de perdre pied, celui de se laisser emporter, mais avec le savoir des courant, le savoir de l'abandon aux courants, une attention à ce qui peut vous emporter trop loin. C'est un art de vivre.

Les références des extraits et archives Ina diffusés dans l'émission

  • "Venise sous l'eau", extrait de l'émission Point contrepoint intitulée "Une ville de la mer ou comment survivre à Venise", ORTF, 1970
  • "Vous pouvez être paresseux à Venise", Hugo Pratt dans L'invité de FR3, 9 mars 1980
  • "J'ai écrit mon histoire et personne ne peut y trouver à redire", lecture par Guillaume Gallienne, pour un numéro de Ça peut pas faire de mal consacré à l'écriture sur soi, de la préface de Histoire de ma vie, de Giacomo Casanova, France Inter, 8 août 2011
  • "Je ne peux pas répondre à la légende", extrait d'une interview de Paul Morand au micro de Pierre Lhoste dans l'émission de France Culture Les Mots-clés, 19 avril 1971

Bibliographie sélective de Chantal Thomas et références des œuvres citées dans l'émission

  • Chantal Thomas, De sable et de neige, Mercure de France, 2021
  • Chantal Thomas, Souvenirs de la marée basse, Seuil, 2017
  • Chantal Thomas, Casanova - Un voyage libertin, Denoël, 1985 - rééd. Gallimard, coll. « Folio », 1998
  • Chantal Thomas, Souffrir, Payot, 2004 - rééd. Rivages, 2018
  • Guido Fuga et Lele Vianello, illustrations d'Hugo Pratt, Corto Maltese - Le Guide de Venise, Casterman, 2008 - rééd. 2018
  • Manuel Vilas, Alegría, éditions du sous-sol, 2021
  • Thierry Thomas, Hugo Pratt, trait pour trait, Grasset, 2020
  • Paul Morand, Venises, Gallimard, 1971 - rééd. coll. « L'imaginaire », 1987

La programmation musicale du jour

  • Patti Smith, "1959", 1997
  • Andrea Laszlo De Simone, "Vivo", 2021
  • Polo & Pan, "Les Jolies Choses", 2021

Et des extraits de : 

  • Andrea Bocelli, "Con te partirò", 1995
  • Antonio Vivaldi, L'estro armonico op 3 : Concerto en sol min op 3 nº2 P 326 RV 578 : Allegro, pour deux violons et viole de gambe, cordes et basse continue, interprété par Jordi Savall (viole de gambe et direction) et Le Concert des Nations, 2003

Le générique de l'émission

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

Les invités
L'équipe
Contact