Le film connaît aujourd'hui une seconde vie et un grand succès sur Internet, mais, dès le jour de sa sortie en salles, le distributeur de "La Belle Verte" prévient Coline Serreau que « [son] film est mort ». La réalisatrice revient avec Zoé Varier sur cet épisode violent, mais instructif, dont elle a su se relever.

Dans son film 'La Belle Verte', sorti en 1996, Coline Serreau partage l'affiche avec Vincent Lindon
Dans son film 'La Belle Verte', sorti en 1996, Coline Serreau partage l'affiche avec Vincent Lindon © Getty / Etienne George / Sygma

Coline Serreau est cinéaste, scénariste, comédienne, mais aussi trapéziste et musicienne. Coline Serreau est aussi, sinon surtout, révoltée.

Le 18 septembre 1996, à 10 heures et quelques minutes, elle reçoit un coup de téléphone du distributeur de son film La Belle Verte qui vient tout juste de sortir en salles. Se basant sur le nombre d'entrées à la première séance au grand cinéma des Halles, il peut faire une estimation de ce que sera le succès du film et lui annoncer que La Belle Verte est déjà un film mort. Le jour même, les critiques tombent les unes après les autres : L'Express, Télérama, Aujourd'hui en France, Libération, etc. descendent le film.

Onze ans après le succès phénoménal de Trois hommes et un couffin, la réalisatrice connaît l'échec. (Un échec relatif, toutefois, puisque La Belle Verte fera tout de même un million d'entrées.) Fable écolo et corrosive, le film était-il trop subversif ou en avance sur son temps ? Il raconte le voyage sur la planète Terre d'une extraterrestre venue d'un monde qui a tourné depuis des siècles la page de l'ère industrielle. À ses yeux non habitués à la pollution, à l'individualisme, au capitalisme, et à la mesquinerie, la Terre est une planète d’arriéré·e·s.

C'était une blessure narcissique pour les gens, d'entendre qu'on était sous-développé·e·s.

Pour la réalisatrice qui a travaillé plus de quatre ans sur ce long-métrage, la déception est de courte durée ; il s'agit de penser à la suite, de se relever de cette déconvenue et d'envisager un nouveau film.

Un échec est souvent plus riche d'enseignements qu'un succès.

Le futur lui donnera raison. 23 ans plus tard, La Belle Verte est devenu un film culte. Visionné des millions de fois en streaming et en téléchargement (légal ou illégal), il est aujourd'hui reconnu comme le conte philosophique et écologiste que Coline Serreau a voulu montrer.

Au cœur des convictions de la réalisatrice, on trouve, évidemment, le respect de la nature, mais aussi le goût de la beauté, à commencer par celle de la musique. Coline Serreau est une immense admiratrice de Jean-Sébastien Bach, dont elle dit qu'il est l'homme avec lequel elle a passé le plus de temps dans sa vie. Toute sa vie et sa carrière durant, elle s'est également battue pour l'égalité entre les hommes et les femmes, y compris là où on ne s'y attend pas.

Trois hommes et un couffin, c'est le début de la fin du patriarcat.

À 71 ans, celle à qui l'on doit également le documentaire Solutions locales pour un désordre global explique qu'il faut mettre fin à une domination masculine qui prévoit que la femme est « au service » de sa famille.

Je n'ai jamais été dans le service ; j'ai toujours été dans le soin et l'amour réciproques.

Depuis son premier film en 1975, Coline Serreau défend ainsi un cinéma politique (sans doute un héritage familial). Son prochain film, Tempêtes, annoncerait même un climat pré-révolutionnaire.

Pour aller plus loin

Dans la filmographie de Coline Serreau :

  • Trois hommes et un couffin (1985)
  • Romuald et Juliette (1989)
  • La Crise (1992)
  • La Belle Verte (1996)
  • Solutions locales pour un désordre global (2010)

Le livre #ColineSerreau de Coline Serreau paraîtra chez Actes Sud le 9 octobre 2019.

La programmation musicale de l'émission

  • Mathieu Boogaerts, "Ondulé", extrait de l'album Super (1996)
  • Ella Fitzgerald, "How High The Moon"(1947)
  • Iggy Pop, "James Bond", extrait de l'album Free (2019)

Les références du générique de l'émission 

"Le temps est bon" d’Isabelle Pierre, remixé par Degiheugi

Les invités
  • Coline SerreauActrice, réalisatrice, scénariste, compositrice et cheffe de chœur française
Les références
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.