Jocelyn Armel, dit le Bachelor, est originaire du Congo Brazzaville. Il vit et travaille aujourd'hui à Paris, dans le quartier de Château Rouge, où il habille les plus élégants sapeurs de la capitale. Mais en 1981, il est en France lorsque François Mitterrand est élu Président... et il pense que sa vie va changer.

11 mai 1981, des électeurs et électrices de François Mitterrand, rue de Solférino à Paris, brandissent un portrait du nouveau président de la République et un journal proclamant sa victoire la veille.
11 mai 1981, des électeurs et électrices de François Mitterrand, rue de Solférino à Paris, brandissent un portrait du nouveau président de la République et un journal proclamant sa victoire la veille. © AFP

En 1977, alors qu'il est encore un adolescent, Jocelyn arrive dans la France de Valéry Giscard d’Estaing. Deux ans plus tard, ce Président est éclaboussé par l'Affaire des diamants de Bokassa, l'un des événements emblématiques de la Françafrique. Plutôt que de s’expliquer, Valéry Giscard d'Estaing s’enferme dans un mépris silencieux. A-t-il déclaré ces diamants aux douanes ?  Cette attitude, perçue comme arrogante, apparaît pour beaucoup comme un aveu de culpabilité. Il perd la confiance des français 18 mois avant l’élection présidentielle.

Mitterrand Président, la fin de la Françafrique ?

Ainsi, à la suite de cet événement, le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu avec plus de 52 % des voix. Pour Jocelyn Armel, qui n'est pas encore alors le Bachelor, cette victoire est celle de l'espoir. Le jeune homme découvre la puissance du peuple, capable d'élire celui qu'il veut. Et si l’élection de François Mitterrand changeait également le visage de l’Afrique ? Les ambitions et les promesses de campagne du premier Président de gauche de la Cinquième République laissent en effet penser que la démocratie peut arriver également en Afrique. Serait-ce la fin de la "Françafrique" ?

Tout est possible à celui qui croit.

Dans les années 1970, au Zaïre (Congo Kinshasa), Joseph-Désiré Mobutu amorce une importante révolution culturelle : le recours à l'authenticité. L'idée étant de se réapproprier la culture zaïroise. Enfant et adolescent, Jocelyn Armel avait alors une grande admiration pour Mobutu et ce n'est qu'en arrivant en France qu'il découvre que son idole était un dictateur.

De Mobutu à Sape & Co...

Est-ce en réponse à « l'abacost » (pour « à bas le costume ») de Mobutu, l'interdiction de s’habiller à l’occidentale et de porter cravate et costume, symboles des colonisateurs, que Jocelyn Armel est devenu "le Bachelor", membre actif et emblématique de la S.A.P.E., la Société des ambianceurs et des personnes élégantes ? Toujours est-il qu'aujourd'hui, il habille, dans sa boutique Sape & Co, en plein cœur du quartier parisien de Château Rouge (18ème arrondissement), les sapeurs les plus distingués de la capitale, dont Alain Mabanckou, qui lui consacre un chapitre de son dernier essai, Le monde est mon langage.

Pour aller + loin :

À lire :

"À Château Rouge, Sape & Co, Mecque de la Sape à Paris", sur StreetPress

Vous avez entendu des extraits de :

  • Les Aventuriers de l'arche perdue, de Steven Spielberg (1981)
  • "Sapés comme jamais", de Maître Gims feat. Niska, extrait de l'album Mon cœur avait raison (2015)

Programmation musicale :

  • "Let's groove", de Earth, Wind & Fire, extrait de l'album Raise! (1981)
  • "J'aime... regarder les filles", de Patrick Coutin, extrait de l'album Coutin (1981)
  • "Nterini", de Fatoumata Diawara, extrait de l'album Fenfo (2018)

Les références du générique de l'émission :  « Le Temps est bon » d’Isabelle Pierre remixé par Degiheugi

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.