Ce jour-là la jeune sage-femme est à bord de l'Aquarius, un bateau affrété par l'association SOS Méditerranée pour pallier l'indifférence de l'Union Européenne. Elle a débuté sa mission deux mois plus tôt avec l'ONG MSF qui fournit aux migrants, rescapés de la mer, les premiers soins médicaux.

L'Aquarius appartient à l'association SOS Méditerranée, créée deux ans plus tôt. C''est le seul bateau civil de sauvetage fonctionnant 12 mois par an de jour comme de nuit et financé uniquement par des dons.  Alice Gautreau n'en est pas à sa première mission humanitaire, elle a déjà passé plusieurs mois dans la province du Kivu ravagée par les guerres à l'Est de la République Démocratique du Congo (RDC, ex Zaïre).  

Le 12 mai 2017 lorsqu'elle embarque sur l'Aquarius sur la côte italienne, des néo-fascistes, rameuté par le groupuscule d'extrême-droite Génération Identitaire, attendent les humanitaires. Rassemblés dans une petite embarcation, ils ont déployé une grande bannière sur laquelle est inscrit : « Stop human trafficking », et hurlent des insultes par mégaphone. Ils accusent SOS-Méditerranée de favoriser l’immigration clandestine. 

Les premiers journées à bord, le personnel médical et technique se prépare à l'accueil des prochains rescapés - Erythréens, Soudanais, Nigérians, Camerounais... Réunions d’informations, de formation, simulations de sauvetages se succèdent. Tout est millimétré pour pouvoir être prêt dans l’urgence du sauvetage. Le 11 Juillet, une femme est hissée à bord de l'Aquarius, son nourrisson dans les bras encore lié à sa mère par le cordon ombilical. Le petit Christ est né quelques heures auparavant sur un radeau à la dérive et surchargé. 

Une fois sur l'Aquarius, les femmes rescapées sont calmes, parfois trop calmes après les mois, voire les années d'horreur qu'elles ont subies sur le chemin de l'exil. Elles arrivent déshydratées, en hypoglycémie, épuisées, brûlées par le soleil et le sel, souvent après des mois d’incarcération, notamment en Libye où les viols sont quasi systématiques. Sur l'Aquarius, elles ont leur espace réservé - le shelter - dans lequel les hommes n’ont pas le droit de rentrer.  Elles s'y confient plus facilement, les langues se délient. 

Pour aller + loin : 

A lire : 

A écouter : 

Le zoom de la rédaction de France Inter le 28 juin 2017, par Mathide Dehimi :  Une semaine à bord de l'Aquarius, à la recherche de migrants en danger

La playlist de l'émission : 

  • Chante de là ou tu es, Lior Shoov
  • Nwa Baby, Flavour
  • Survivor, Tshegue

Le générique de l'émission s'intitule "Le Temps est bon". Il s'agit d'un remix d'une chanson d'Isabelle Pierre, proposé par Degiheugi.

Les associations et ONG qui participent aux opérations de sauvetage de l'Aquarius depuis 2016 : 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.