Ce jour-là, l'adolescent de 15 ans écrit une lettre à sa mère lui expliquant pourquoi il a décidé de ne pas rentrer à Paris après un voyage en Guadeloupe avec son père. Quelques jours auparavant, les effets planants d’une omelette aux champignons hallucinogènes l’avaient convaincu de prendre la tangente. Enfin libre !

Arthur H - photo promotionnelle des éditions Mercure de France
Arthur H - photo promotionnelle des éditions Mercure de France

La nuit initiatique

Le futur artiste compositeur, mal dans sa peau et allergique au lycée, accompagne son père pour une grande fête dans la maison de Coluche en Guadeloupe : 

« J’ai mangé sans le savoir une omelette aux champignons hallucinogènes ». 

Au cours de la soirée, devenu ultrasensible au bruit, Arthur sort dehors : « Pieds nus, j’ai suivi mon père dans le grand parc tropical, un jardin enchanté. J’étais dans une illusion sensorielle. A cet instant, mon inconscient a décidé de faire une fugue. D’une façon directe et simple, j’ai dit à mon père : « Faut que tu me laisses » et je me suis retrouvé tout seul dans l’obscurité, je maîtrisais mon angoisse, attentif au moindre bruit. »

La fugue : de mère en fils 

10 jours après sa fugue, Arthur poste une lettre à sa mère pour la rassurer, une lettre réfléchie, ni provocatrice ni révoltée : 

Tu verras quand je rentrerai on s’entendra mieux et on sera plus ensemble. Je t’écrirais encore. Je vous embrasse très fort. Ne t’inquiète pas.

Sa mère qui avait aussi fugué dans sa jeunesse et écrit une lettre à ses parents. C’était en 1958. Elle avait 18 ans. Avec sa bande de copains, elle rêvait de Tahiti, mais ça avait été la Corse. Arthur H a retrouvé cette missive. Extrait : « Si je quitte tout, maintenant, c’est parce qu’il le faut, et que malgré ma reconnaissance, je ne dois pas sacrifier ma vie. Ce qu’il me faut ce n’est pas le confort matériel que vous vous êtes toujours appliqués à me donner. Il me faut une vraie liberté… » 

« Je lui ai écrit quasiment la même chose 30 ans plus tard » raconte le chanteur. 

Mon récit « Fugues » est un hommage à ma mère qui s’est toujours comportée comme si elle était déjà libre, et ce dans une société bloquée, celle des années 50. Elle n’a pas attendu la libération féminine dix ans plus tard.» 

Pour aller plus loin 

La playlist de l'émission 

  • Kaya, Bob Marley (1978) 
  • Jeune Sauvage, Arthur H (1996)
  • Il/Elle, Arthur H (2018)

Vous avez entendu des extraits de : 

Les références du générique de l'émission : 

Le Temps est bon d’Isabelle Pierre remixé par Degiheugi

Les invités
  • Arthur HChanteur, auteur, compositeur, interprète
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.