Le jeune publiciste fuit sa ville adorée, Kinshasa, et son pays, le Zaïre, sous la coupe du vieux dictateur malade, Sese Seko Mobutu, qui refuse le partage du pouvoir. Une ambiance de fin de règne marquée six mois plus tôt par les pillages des militaires, restés sans soldes durant de longs mois.

Nouveaux billets de 10 nouveaux makuta, avec le visage de Mobutu Sese Seko (1993).
Nouveaux billets de 10 nouveaux makuta, avec le visage de Mobutu Sese Seko (1993). © Getty / DEA / A. DAGLI ORTI

Je me souviens d’un militaire qui m’avait lancé : le pays est foutu 

Fin janvier 93, le pouvoir démonétise en faisant imprimer de nouveaux billets d’une valeur de cinq millions de « zaïre », le nom de la monnaie nationale. Les commerçants refusent ces billets sans aucune valeur. Exaspérés, les hommes de troupes se mutinent et pillent Kinshasa.  L'ambassadeur français au Zaïre, Philippe Bernard, est tué d'une balle "perdue"  tirée sur le bâtiment de l'ambassade. A cette époque, In Koli Jean Bofane a mis sa famille à l’abri en Belgique et vit seul, comme publiciste et éditeur de petits livres satiriques dans un quartier cossu excentré de Kinhasa, une ville démesurée qu’il adore.  « Un processus démocratique avait été initié en avril 1990 et à partir de là, on espérait quelque chose et rien ne s’est pas passé. Mobutu voulait essayer de récupérer son pouvoir et c’était déjà trop tard. On criait « démocratie, démocratie » et on nous tirait dessus comme lors des pillages de 1991 ». Bofane achète une arme pour défendre son quartier, même s’il ne sait pas l’utiliser. Au final, avec les habitants du quartier, il met en place « la stratégie de la casserole » : taper sur des ustensiles de cuisine pour prévenir de l’arrivée des militaires pillards. 

L’électrochoc de 1994

Quand j’arrive à Bruxelles, je n’ai rien. Grâce à un ami congolais, je travaille dans le bâtiment. J’avais ma propre agence de pub à Kinshasa et je deviens ouvrier. J’ai trois enfants à nourrir. Fallait juste vivre

Moins d’un an plus tard, le 7 avril 1994,  au Rwanda, débute le génocide de près d’un million de Tutsis perpétré par les Hutus.  Trois mois de massacres. Et le silence de la communauté internationale... jusqu'au 22 juin,  où le conseil de Sécurité de l’ONU vote à la demande de la France, la résolution 929 : le lancement de l’opération Turquoise censée officiellement « mettre fin aux massacres partout où cela sera possible, éventuellement en utilisant la force ». Officieusement, elle permettra surtout aux génocidaires rwandais de prendre la fuite, en leur ouvrant un couloir « humanitaire » vers le Zaïre (Congo) à l’Ouest. 

Je comprends ce qui se passe. Je sais que « Turquoise » va entraîner une guerre au Congo. Un million de personnes, dont la moitié de tueurs, débarquent dans la ville de Goma dans la région du Kivu, à la frontière avec le _Rwanda_. On n’aurait jamais laissé faire ça nulle part ailleurs dans le monde.  

Des réfugiés hutus accueillent les soldats de la marine français arrivant dans un camp à quatre kilomètres de Butare, le 3 juillet 1994, alors que les rebelles rwandais se heurtaient pour la première fois aux forces françaises à la périphérie de la v
Des réfugiés hutus accueillent les soldats de la marine français arrivant dans un camp à quatre kilomètres de Butare, le 3 juillet 1994, alors que les rebelles rwandais se heurtaient pour la première fois aux forces françaises à la périphérie de la v © AFP / HOCINE ZAOURAR / ARCHIVES

Une guerre toujours en cours en 2018, alimentée par les immenses richesses naturelles de la région, et qui a déjà fait sept millions de morts. 

En colère, In Koli Jean Bofane prend la plume. Ce sera un livre pour enfants : «Pourquoi le lion n’est plus le roi des animaux ». L’histoire d’une mangouste qui défie le lion, et redonne leur liberté aux animaux. Un livre parabole sur la dictature de Mobutu

En 1997, un an après sa parution, le Maréchal-Président fuit le Zaïre et quitte définitivement le pouvoir. L’ex Zaïre devenue République démocratique du Congo (RDC) est le sujet central du roman Congo Inc. Une fresque réaliste écrite comme un conte contemporain. Bofane y raconte sa ville, mais aussi le pillage de son pays, la convoitise de ses ressources, les enfants des rues, les enfants-soldats, les seigneurs de guerre, les agents onusiens corrompus, les viols systématiques des femmes congolaises. Une humanité violentée qui se bat pour tenir debout et survivre malgré tout comme Sasah Jactance, la prostituée. 

Dans La Belle de Casa, son dernier roman, on retrouve aussi un très beau personnage féminin : Ichrak la marocaine de Casablanca,  libre, convoitée par les hommes, et à la recherche de ses origines. Là encore une histoire de débrouille et de survie, comme pour l’autre héros du récit : Sese, le migrant kinois, adorateur de Mobutu, cyber-séducteur pour gagner sa vie, et ami d’Ichrak. 

Le gynécologue congolais, Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018

Le « réparateur » des femmes violées de l’Est de la RDC a fait de la lutte contre les violences sexuelles le combat de sa vie. Une violence faite aux femmes qui selon In Koli Jean Bofane, « nous stigmatise actuellement, nous les Congolais. Ça nous travaille tout le temps, on y pense tous les jours. On l’attendait depuis longtemps ce prix. »

Pour aller plus loin 

Les romans d'In Koli Jean Bofane sont édités chez Actes Sud

La Belle de Casa (2018) ; Congo Inc. Le testament de Bismarck (2014, et dans la collection Poche Babel en 2016) ; Mathématiques congolaises (2008)

et Pourquoi le lion n'est plus le roi des animaux, paru en 1996 chez Gallimard Jeunesse

Et pour en savoir plus sur le travail du gynécologue Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018, dans le sud-Kivu à l'est de la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) : ici et ici 

ainsi que la BD du scnénariste Jean Van Hamme et du dessinateur Christophe Simon : Kivu (éditions Lombard, 2018) 

Les chansons diffusés à l'antenne : 

  • Brrriak ! Zap Mama (1992)
  • Glossine (zombie), Baloji (2018) 
  • Rhythm is love, Keziah Jones (1992) 

Les références du générique de l'émission :  « Le Temps est bon » d’Isabelle Pierre remixé par Degiheugi 

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.